coronavirus en Australie: Un seul de ses enfants a le droit d’aller lui dire adieu
Publié

coronavirus en AustralieUn seul de ses enfants a le droit d’aller lui dire adieu

Parce que les frontières entre les États sont fermées, la famille d’un trentenaire mourant n’a pas l’autorisation d’aller le voir. Elle doit choisir lequel de ses quatre enfants aura droit à une dérogation.

par
joc

La crise sanitaire qui frappe la planète depuis le début de l’année a séparé de très nombreux couples et familles, fermeture des frontières oblige. Mais le drame que vivent actuellement quatre enfants de Sidney (Nouvelle-Galles du Sud) est particulièrement cruel. Mark Keans, 39 ans, souffre d’une tumeur au cerveau et aux poumons. Sa maladie est inopérable et il est en train de s’éteindre dans un hôpital de Brisbane (Queensland).

Or en Australie, les frontières entre les différents États sont actuellement fermées et le Ministère de la santé du Queensland interdit à sa famille d’aller le voir. Parmi les quatre enfants de Mark, tous âgés de moins de 14 ans, seul un bénéficiera d’une dérogation pour se rendre à Brisbane, explique 7 News. Pour le grand-père de la fratrie, cette situation est surréaliste. «Je n’ai aucune idée de comment on pourrait choisir quel enfant ira. C’est à se taper la tête contre les murs», témoigne Bruce Langborne.

Réactions indignées

La décision d’Annastacia Palaszczuk, Première ministre du Queensland et du Ministère de la santé de l’État fait polémique. «On parle de quatre enfants entre 7 et 13 ans qui veulent voir leur père en fin de vie. Quel genre de bureaucrate – non, quel genre de personne – peut refuser ça?» s’est indigné Pat Conaghan, qui siège au parlement australien pour le Parti national. De son côté, le ministre de la Santé de la Nouvelle-Galles du Sud a fait part de son «extrême colère». «Je suis atterré par ce qui se passe là-bas», a réagi Brad Hazzard.

Assaillies de réactions outrées, les autorités sanitaires du Queensland ont fini par réagir, rapporte 7 News. Les quatre enfants de Mark auront le droit d’aller le voir, à condition de respecter un protocole très strict et extrêmement coûteux. La famille devra observer une quarantaine de quatorze jours dans un hôtel à son arrivée et porter une combinaison de protection lors de sa visite à l’hôpital. Bruce Langborne estime le coût de ce voyage entre 16’000 et 20’000 dollars australiens. «On ne peut pas se le permettre, nous n’avons pas l’argent», déplore le grand-père des quatre enfants.

Ton opinion

187 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

A Moutonnus

11.09.2020, 10:00

Cher Moutonus. Ta volonté est louable mais a mon avis tu t'y prends mal. je suis bien d'accord avec toi sur beaucoup de chose. Mais je pense que multi-posté sur les commentaires d'un journal en ligne gratuit ne fera pas avancer les choses. a force de te voir t'exciter comme ca, tu renforce l'idée de complotiste reptiliens/on a jamais été sur la lune/ nouvel ordre mondial. Alors qu'en faite oui beaucoup de gens pensent qu'il faut arrêter ce cirque et qu'il faut que les plus vieux et plus fragile se protegent. on ne changera rien a hurler place des nations. c'est pas 100 ou même 1000 personnes qui vont passer encore une fois pour des complotiste (voir a Rome semaine passée) qui changera la chose. A nous de prendre notre mal en patience et puis supporter ce fichu masque que seul les vieux et fragile devrait porter. le combat que tu mène est louable, mais vain, mon ami.

moutonus

11.09.2020, 08:21

C'est vous tout les pros masque et les pro mesures liberticides qui êtes la minorité. Pour s'en rendre compte il suffit de parcours les commentaires et les évaluation sous les articles ou simplement discuter avec les gens dans la vraie vie. C'est vous les appeurés qui voulez imposer votre peur à la majorité.

Moins de morts cette année en plus

11.09.2020, 08:17

A quel moment la mort ou le risque de mort est devenu à ce point tabou dans nos sociétés ? La mort fait partie de la vie, personne n'y échappe, donc je ne comprends vraiment pas cette peur irrationnelle entraînant toutes ces mesures complètement absurdes alors que l'alerte sanitaire est passée depuis le 15 juin en plus !