patinage de vitesse/short-track: Un seul Suisse en lice sur les anneaux de vitesse des JO de Vancouver
Actualisé

patinage de vitesse/short-trackUn seul Suisse en lice sur les anneaux de vitesse des JO de Vancouver

Roger Schneider, qui détient le record du monde du marathon en inline-skating, prendra part au 5000 m en patinage de vitesse le samedi 13 février déjà.

Le Zurichois de 26 ans n'a certes pas été capable de terminer dans le top 16 d'une épreuve de Coupe du monde, mais il a réussi aisément la limite chronométrique exigée par Swiss Olympic. Le colosse (2m03, 100 kg) n'affiche aucune ambition chiffrée pour ses débuts olympiques. «Je veux être libre de toute pression afin de réussir une bonne course», lâche le recordman de Suisse du 5000 m, qui est capable de faire aussi bien que son 12e rang obtenu sur la même glace lors des Mondiaux 2009.

Davis, Kramer et les Canadiennes

Les «serial winners» pourraient sévir sur l'anneau de Richmond. Shani Davis, premier athlète de couleur à avoir glané l'or dans des JO d'hiver (sur 1000 m à Turin), s'annonce comme le principal favori sur 1000 et sur 1500 m. Le doublé 5000/10 000 m semble promis au Néerlandais Sven Kramer, qui a déjà conquis 12 titres mondiaux alors qu'il n'est âgé que de 23 ans.

Privée de Claudia Pechstein - la quintuple championne olympique est engluée dans une affaire de dopage -, l'Allemagne devrait être pour une fois en retrait chez les dames. Ses espoirs de médailles reposeront sur Jenny Wolf, recordwoman du monde du 500 m, et Anni Friesinger-Potsma. A domicile, les Canadiennes voudront assurer leur part du spectacle. Le public n'aura d'yeux que pour Christine Nesbitt, Cindy Klassen et Kristina Groves qui briguent des titres individuels et rendent l'équipe de poursuite quasiment imbattable.

Short-track: vers une nouvelle razzia asiatique

En short-track, la star de la discipline Apolo Anton Ohno visera un deuxième titre consécutif sur 500 m en ville de Vancouver. L'Américain est l'un des rares patineurs capable d'empêcher une nouvelle razzia des Asiatiques, qui avaient décroché les sept autres titres - dont six pour la seule Corée du Sud - mis en jeu à Turin. L'armada sud-coréenne n'alignera même pas le roi de Turin Hyun-Soo Ahn, triple champion olympique en 2006, incapable de passer l'écueil des «trials».

(ats)

Ton opinion