09.01.2020 à 21:47

JOJ 2020Un show aérien surprenant pour des Jeux «durables»

La Patrouille suisse ouvrira les épreuves de ski alpin aux Diablerets ce week-end. Un choix qui dérangera les écolos, mais qui est assumé.

von
Francesco Brienza
Fierté nationale, la Patrouille Suisse survolera les Diablerets vendredi et samedi à la mi-journée.

Fierté nationale, la Patrouille Suisse survolera les Diablerets vendredi et samedi à la mi-journée.

Keystone/Anthony Anex

Une flotte d'avions qui relâchent des tonnes de C02 dans l'atmosphère en une demi-heure de parade. L'animation choisie pour ouvrir les épreuves de ski alpin aux Diablerets ce samedi peut surprendre quand on pense que les Jeux olympiques de la jeunesse 2020 se sont engagés à «minimiser leur empreinte environnementale». Une charte signée par les organisateurs et les autorités l'atteste.

Patrouille suisse snobée ailleurs

«Je peux comprendre que certains y voient une contradiction, mais en réalité, il n'y en a pas, affirme Ian Logan, directeur des JOJ 2020. La Patrouille suisse est une fierté nationale qu'il faut mettre en valeur. Nous accueillons des gens de 79 nationalités, qui ont tous leur sensibilité. Je suis convaincu qu'ils seront nombreux à être ravis de voir la démonstration.»

Le show n'a pas été annoncé à grand renfort de publicité. Certaines communes n'hésitent d'ailleurs plus à renoncer aux parades des Forces aériennes suisses. C'est notamment le cas de Lucerne, qui ne veut plus ces vols au-dessus de sa tête, après des pressions de la section locale des Verts. Un avion de la Patrouille suisse relâche en effet 6550 kg de CO2 par heure de vol. Soit l'équivalant des émissions totales d'un Suisse moyen durant six mois. Une parade comprend 6 appareils, qui volent souvent un peu plus de 60 minutes entre leur show et l'entraînement de la veille.

«Transports publics first», une première dans l'histoire

Ces chiffres, Ian Logan les connaît par cœur. Il a lui même été pilote, chef de la régulation de l'aviation militaire suisse et directeur du meeting aérien Air 14, à Payerne (VD). Mais l'homme assume. «Le concept global de nos Jeux est durable, explique-t-il. Ces JOJ sont les premiers de l'histoire à proposer le déplacement principalement en transports publics des délégations ainsi que des bénévoles et des spectateurs jusqu'aux sites de compétition. C'est ça qui pèse le plus lourd. La Patrouille suisse, c'est un clin d'œil pour souligner la dimension nationale des Jeux», conclut-il.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!