Dépendances: Un site web pour soutenir les familles
Actualisé

DépendancesUn site web pour soutenir les familles

Environ 100'000 enfants en Suisse ont une mère ou un père dépendant à l'alcool. Un site d'Addiction Suisse est censé soutenir les familles qui souffrent des dépendances.

La dépendance, que ce soit alcool ou drogue, bouleverse le quotidien d'une famille. Un site web a été créé afin de leur venir en aide.

La dépendance, que ce soit alcool ou drogue, bouleverse le quotidien d'une famille. Un site web a été créé afin de leur venir en aide.

La fondation Addiction Suisse lance un site internet pour soutenir les familles touchées par les dépendances.

Accablement, impuissance et culpabilité: ces sentiments pèsent sur la vie quotidienne des parents dépendants et de leurs enfants, a expliqué jeudi Irene Abderhalden, directrice d'Addiction Suisse, devant la presse à Berne.

Cette maladie bouleverse le quotidien d'une famille. Les enfants souffrent et grandissent dans un environnement imprévisible, souvent marqué par les disputes et la violence. Une plateforme internet, intitulée mamanboit.ch ou papaboit.ch, leur est d'ailleurs déjà consacrée.

Le parent malade souffre aussi

La fondation souhaite maintenant proposer une offre à bas seuil pour les parents dépendants et lance www.parentsaddiction.ch. La question de la parentalité est récurrente dans les témoignages recueillis par le centre national: le parent aussi souffre de manquer à son devoir, énonce la directrice.

Mais fréquemment, les personnes concernées hésitent à se tourner vers une aide professionnelle, pour elles-mêmes ou pour leurs enfants. Or, un soutien adapté peut fortement contribuer à briser le cercle vicieux.

«Le site a été créé avec des experts, mais également avec des parents dépendants», précise Marion Forel, cheffe de projets prévention d'Addiction Suisse. Il s'adresse aux parents, aux conjoints et aux professionnels. Soutenir les différents acteurs, répondre à certaines questions fréquentes ou encore entamer un processus de guérison font partie des tâches du nouveau projet.

«Ce n'est pas de ta faute»

Addiction Suisse étoffe également son offre pour les professionnels de l'enfance avec quatre nouveaux livres audio qui mettent en scène un petit chien délaissé par son maître malade. «Boby» était déjà le héros éponyme d'une histoire publiée en 2007. «Ce nouvel outil permet de parler de l'addiction des parents aux enfants qui vivent cette situation», explique Louisa Sang, cheffe de projets prévention de la fondation.

Le matériel est disponible en français, italien et suisse allemand. Il est accompagné de documents pédagogiques afin de susciter une discussion avec les plus jeunes. A travers «Boby», il s'agit de dire à l'enfant que «ce n'est pas de ta faute» et qu'il peut en parler.

«De notre responsabilité à tous»

Ces différentes offres ont pour objectif de réduire les conséquences négatives sur le bien-être de l'enfant. Car sur les quelque 100'000 d'entre eux qui vivent dans une famille ayant un problème d'alcool, environ un tiers souffre de problèmes de dépendance plus tard et un autre tiers développe des problèmes psychiques. Il faut éviter que le problème d'une génération se transmette à la suivante, soutient Irene Abderhalden.

Un dernier tiers parvient à rester sain souvent grâce «à la présence ou au soutien d'une personne de confiance extérieure au cocon familial», précise-t-elle. C'est pourquoi la fondation renforce son engagement à briser le tabou qui entoure le thème «addictions».

«Il ne doit pas rester une affaire privée», insiste-t-elle. Et d'ajouter qu'il y a une obligation morale à exprimer qu'on se fait du souci pour une personne, quelle que soit la relation à celle-ci.

Plus la société sera informée et sensibilisée à la thématique, plus elle sera à même d'aider une personne et/ou son entourage dans une telle situation. «La question de l'addiction est de notre responsabilité à tous», conclut Marion Forel. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion