Autriche: Un skieur ivre, un ratrak: sueurs froides sur la neige
Actualisé

AutricheUn skieur ivre, un ratrak: sueurs froides sur la neige

À Grossarl, on peut skier jusqu'à 21h, et les nerfs du personnel de la station sont soumis à rude épreuve. Fin décembre par exemple, une dameuse a bien failli écraser un skieur bourré.

par
joc

Grossarl n'est pas une station de ski comme les autres. Si un peu partout en Europe, les pistes ferment aux environs de 17h, cette localité autrichienne laisse les adeptes de glisse s'amuser jusqu'à 20h, voire 21 h. Le problème, c'est que certains skieurs passent ainsi plus de temps dans les refuges et autres cabanes, et qu'il n'est pas rare qu'ils soient ivres au moment de redescendre sur le village. Et comme il fait nuit et que les dameuses se sont déjà mises en route, la situation peut s'avérer extrêmement dangereuse.

Josef Gruver, directeur général de la station, en tremble encore. «Le 26 décembre dernier, un skieur ivre dormait sur les pistes. Le conducteur de la dameuse a soudainement vu un homme allongé et a cru qu'il lui avait passé dessus», raconte-t-il à la chaîne ORF. Fort heureusement, aucun drame n'est survenu ce soir-là, mais le conducteur du véhicule est chamboulé. «Maintenant, chaque fois qu'il roule sur un bloc de glace, il pense qu'il a tué quelqu'un», ajoute Josef Gruver.

Il ne se passe pas une semaine sans qu'il y ait au moins un blessé. Le personnel de la station est sur les nerfs, un médecin qui travaillait dans la station a jeté l'éponge et le directeur technique a démissionné fin janvier. Il n'est cependant pas question de fermer les refuges situés sur les pistes, car certains skieurs y passent la nuit, écrit 7 sur 7. Josef Gruver exhorte alors la municipalité à interdire l'accès aux pistes le soir, mais le cadre juridique actuel est «compliqué». Les exploitants du domaine skiable et les autorités cherchent actuellement des solutions.

Ton opinion