France: Un sondage sur la tenue des étudiantes au lycée suscite la polémique
Publié

FranceUn sondage sur la tenue des étudiantes au lycée suscite la polémique

L’Ifop (Institut français d’opinion publique) a réalisé une enquête dans laquelle elle demande quelle tenue serait adéquate pour les étudiantes. Les réactions n’ont pas manqué.

Un sondage réalisé par l’Ifop (Institut français dopinion publique) suscite la polémique. Mais, une fois n’est pas coutume, ce sont les questions qui font réagir et non les résultats.

L’étude a été commandée par l’hebdomadaire Marianne et contient plusieurs questions parmi lesquelles: «Souhaitez-vous que les lycées publics autorisent ou interdisent aux filles le port des vêtements suivants dans lenceinte de leur établissement ?» Accompagnées de pictogrammes, les tenues proposées sont le «No bra» (un haut sans soutien-gorge au travers duquel la pointe des tétons est visible), un haut avec décolleté plongeant, un «Crop top» (tee-shirt laissant apparaître le nombril) ou un haut laissant apparaître les bretelles du soutien-gorge.

Vague de réactions

Le sondage rebondit sur la polémique née ces dernières semaines autour de la manière de s’habiller des lycéennes à la suite d’interdiction de certaines écoles de tenues jugées «indécentes». La publication de l’étude a suscité de nombreuses réactions et les réseaux sociaux se sont enflammés.

Jean-Luc Mélanchon, président de La France insoumise s’en est pris à la revue: ««Marianne », le journal anti-dictature vestimentaire des islamistes, se lance dans les sondages propagande pour la dictature des puritains. Effet miroir contre la liberté des femmes. Sectarismes jumeaux», a-t-il tweeté.

Pour Ségolène Royale, le questionnaire est affligeant de bêtise et de sexisme. «Des dessins réduisant les jeunes filles à leurs seins et leur jupe et réduisant les jeunes hommes au voyeurisme. Nos jeunes, filles et garçons, sont plus respectables, libres et sains que ces dénonciations glauques».

Le Parti communiste a lui «hâte d’avoir le même sondage sur les dessous masculins qu’il faut pour aller à l’école.»

Face à ce torrent de critiques, l’institut de sondage a réagi sur Twitter. Il a assuré qu’il «mesure depuis plusieurs décennies le soutien des Français aux mouvements sociaux qui agitent le pays». Réaliser un sondage sur le thème de «la tenue des lycéennes» est donc apparu pertinent, car il correspondait au cœur des revendications du mouvement». Concernant les pictogrammes, l’Ifop explique avoir utilisé des images par défaut qui figuraient déjà dans d’autres études.

Polémique à Genève

Genève a également eu droit à sa polémique: le «t-shirt de la honte» suscite le débat depuis jeudi dernier. Le vêtement en question est large et descend jusqu’aux genoux et comporte l’inscription: «J’ai une tenue adéquate». Destiné aux élèves qui ne porteraient pas une tenue correcte au cycle d’orientation de Pinchat, le vêtement a fait l’objet de nombreuses publications sur les réseaux sociaux.

(20minutes)

Ton opinion