Syrie: Un soutien de poids pour les rebelles
Actualisé

SyrieUn soutien de poids pour les rebelles

Washington autorise l'armée américaine à défendre les rebelles syriens qu'elle a formés. Même si les attaquants sont issus des forces loyales au président Bachar al-Assad.

1 / 872
31.03 Des raids du régime syrien sur un bastion rebelle à l'est de Damas ont fait une trentaine de morts. Les Etats-Unis ont vivement condamné ces «attaques contre des civils».

31.03 Des raids du régime syrien sur un bastion rebelle à l'est de Damas ont fait une trentaine de morts. Les Etats-Unis ont vivement condamné ces «attaques contre des civils».

epa/Mohammed Badra
30.03 Il serait «logique que des forces indépendantes, tout comme les forces de l'opposition et celles loyales au pouvoir y soient représentées», a estimé le président syrien dans une interview à l'agence de presse publique russe Ria Novosti.

30.03 Il serait «logique que des forces indépendantes, tout comme les forces de l'opposition et celles loyales au pouvoir y soient représentées», a estimé le président syrien dans une interview à l'agence de presse publique russe Ria Novosti.

epa/Alexey Druzhinyn/ria Novosti/pool
27.03 Le président russe Vladimir Poutine a félicité par téléphone son homologue syrien Bachar al-Assad pour la reprise de la ville de Palmyre au groupe Etat islamique (EI). (Image d'archives)

27.03 Le président russe Vladimir Poutine a félicité par téléphone son homologue syrien Bachar al-Assad pour la reprise de la ville de Palmyre au groupe Etat islamique (EI). (Image d'archives)

ria Novosti

La décision a été prise par le président Barack Obama, ont confirmé dimanche des responsables américains sous le sceau de l'anonymat. Un premier groupe de ces recrues, déployé dans le nord de la Syrie, a été attaqué vendredi par d'autres groupes, ce qui a déclenché les premières frappes aériennes américaines visant à les soutenir.

Les responsables américains, qui ont confirmé une information révélée par le «Wall Street Journal», ont précisé que les Etats-Unis mèneraient des frappes offensives pour appuyer les avancées réalisées contre l'Etat islamique et un soutien défensif pour repousser les assaillants, quels qu'ils soient.

Programme en difficulté

Lancé en mai, le programme de l'armée américaine vise à former 5400 combattants par an. Il a commencé avec difficulté. De nombreux candidats n'ont pas été retenus. Il y a également eu un certain nombre d'abandons.

Le Front al-Nosra est soupçonné d'être derrière l'attaque de vendredi qui a eu lieu contre un site qui était aussi utilisé par des membres de la «division 30», groupe insurgé favorable aux Occidentaux. La branche syrienne d'al-Qaïda a revendiqué la semaine dernière l'enlèvement du chef de cette division, mais, selon des responsables américains, ce dernier n'a pas été formé par l'armée américaine.

Le Front al-Nosra est réputé pour avoir écrasé les groupes rebelles ayant reçu un soutien de l'Occident, notamment le groupe Hazzm, qui a disparu cette année. (ats)

Ton opinion