Mondial 2014 au Brésil: Un stade fermé pour réparations «d'urgence»
Actualisé

Mondial 2014 au BrésilUn stade fermé pour réparations «d'urgence»

Un des stades brésiliens construits pour le Mondial-2014 sera fermé le temps d'effectuer des «interventions d'urgence» pour «divers problèmes de construction», six mois après la compétition.

Seules quatre rencontres auront été disputées dans l'enceinte.

Seules quatre rencontres auront été disputées dans l'enceinte.

L'Arena Pantanal de Cuiaba, inauguré un mois avant le Mondial, «fera l'objet d'interventions d'urgence pour résoudre divers problèmes de construction, dans le but de garantir la sécurité de ses utilisateurs», a indiqué le gouvernement de l'Etat de Mato Grosso (centre-ouest).

Quatre rencontres du Mondial avaient été organisées dans ce stade de 44'000 places, qui a coûté l'équivalent de 195 millions d'euros. Sa construction avait pris du retard, notamment en raison de la mort d'un ouvrier, électrocuté sur le chantier. Ces nouveaux travaux devraient permettre l'utilisation du stade pour le championnat régional, qui démarre le 1er février. Les autorités ont déjà prévenu qu'elles ne permettraient la réouverture qu'une fois tout risque écarté.

L'avenir du stade, propriété de l'Etat du Mato Grosso, est de toutes façons incertain, car il est déficitaire, a reconnu le gouverneur lui-même la semaine dernière. La moitié seulement des douze stades du Mondial brésilien sont régulièrement utilisés par des clubs de première division.

Ce n'est pas le cas à Cuiaba, au point qu'on envisage d'y faire disputer des rencontres de football américain. Au Brésil, on évoque le syndrome des «éléphants blancs», et le secrétaire général de la FIFA, le Français Jérôme Valcke, a reconnu mardi à Sao Paulo qu'il faudrait un certain temps avant que tous les stades soient utilisés à plein temps.

Il faudrait par exemple mille ans pour que le District fédéral de Brasilia amortisse les 470 millions d'euros investis dans la rénovation du stade Mané Garrincha, selon les estimations de son Tribunal des comptes publics. Le coût du Mondial pour le Brésil, de l'ordre de 8 milliards d'euros, avait alimenté un violent mouvement de contestation dans le pays en juin 2013, en pleine Coupe des Confédérations, l'épreuve qui lui avait servi de répétition générale. (afp)

Ton opinion