Actualisé 20.06.2020 à 09:28

GenèveUn stéthoscope pour «shazamer» le Covid-19

Le nouveau dispositif, en cours de développement aux Hôpitaux universitaires de Genève, permettra de reconnaître la signature acoustique de la maladie.

Visite durant le semi-confinement du lieu où était pris en charge les patients pour une anamnèse ainsi qu'un prélèvement naso pharyngé. Tous les acteurs de la chaîne de soins pourraient à terme se servir du stéthoscope actuellement en développement aux HUG.

Un stéthoscope électronique connecté est en cours d'élaboration aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG). Il fonctionnerait un peu comme l'application de reconnaissance musique «Shazam» en détectant le Covid-19 sur la base de sa signature acoustique. Un prototype devrait être testé en septembre.

Une signature acoustique unique

«Toutes les maladies pulmonaires possèdent une signature acoustique différente», explique Alain Gervaix, chef du Département de la femme, de l'enfant et de l'adolescent des HUG et professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Genève. L'asthme ne fait par exemple pas le même bruit que la bronchiolite ou que la pneumonie bactérienne.

Le stéthoscope électronique fonctionne comme la célèbre application «Shazam» qui permet de reconnaître un morceau de musique sur la base d'un court enregistrement. Connecté à un smartphone ou à une tablette, le stéthoscope électronique autonome est ainsi capable grâce à des algorithmes d'intelligence artificielle d'identifier la maladie du patient.

Un stéthoscope électronique connecté, qui fonctionnerait un peu comme l'application "Shazam", est en cours d'élaboration aux HUG. Il permettrait de détecter le Covid-19 sur la base de sa signature acoustique (photo d'illustration).

Un stéthoscope électronique connecté, qui fonctionnerait un peu comme l'application "Shazam", est en cours d'élaboration aux HUG. Il permettrait de détecter le Covid-19 sur la base de sa signature acoustique (photo d'illustration).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

«Cette maladie a changé les paradigmes de la médecine»

Déjà récompensé en 2018 par le Prix de l'Innovation pour avoir conçu ce stéthoscope électronique connecté, le professeur Gervaix poursuit ses recherches pour intégrer le Covid-19 dans les signatures à repérer. Il s'agit désormais de mettre au point l’intelligence artificielle capable de reconnaître automatiquement la maladie.

«Cette maladie a complètement changé les paradigmes de la médecine en éloignant le patient du médecin», relève le professeur Gervaix. Doté d'un micro très fin, le stéthoscope passé sur le thorax permet au patient de transmettre directement les données exactes au médecin. Le soignant peut alors suivre l'évolution de la maladie à distance et le cas échéant décider d'une hospitalisation.

Tous les acteurs de la chaîne de soins pourraient à terme s'en servir pour suivre les malades. L'analyse de la signature acoustique peut aussi permettre de prédire l'évolution de la maladie et d'anticiper le meilleur traitement.

Le Conseiller fédéral Alain Berset en visite aux aux HUG. Il s'est dit impressionné par l'hôpital et a rappelé que, selon lui, la Suisse était le premier pays au monde en terme de dépistage par million d'habitants.

Une vingtaine d'études déjà en cours

La pandémie de Covid-19 dope la recherche scientifique. Aux HUG, une vingtaine d'études sont en cours pour mieux comprendre les mécanismes infectieux du Covid-19. Parmi les techniques de diagnostic étudiées figure un auto-test de dépistage basé sur l'acide nucléique.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
39 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Nadine

20.06.2020 à 12:08

N'en déplaise à certains, si on parle Covid, on parle au féminin car c'est lié à la maladie, si on parle sars cov 2 là c'est masculin car lié au virus. Je ne l'invente pas, ce sont les journaux qui l'avaient écrit alors Manu et RF ont entièrement raison.

kiko

20.06.2020 à 11:05

info le gel désinfectant est cancérigène faites des recherches

Lassant

20.06.2020 à 10:40

Encore un article qui va occuper les glandus râleurs, ces grands scientifiques qui l'ont toujours ouverte, pour gueuler sur tout le monde. Ça désinforme à tout va, ça sort du sujet pour déblatérer des conneries, profite d'accuser, dénoncer sans argument ni aucune connaissance.