Actualisé 04.03.2013 à 22:33

Ski freestyleUn succès en 2014 à Sotchi passera par la Norvège

Les Mondiaux de Voss et d'Oslo permettront aux Suisses de tester leur capacité à être prêts pour les Jeux olympiques russes.

de
Robin Carrel, Oslo
Fanny Smith, en skicross, aura l'une des plus belles cartes à joueur sur les pistes scandinaves.

Fanny Smith, en skicross, aura l'une des plus belles cartes à joueur sur les pistes scandinaves.

Swiss-Ski a retrouvé le sourire. Après les Championnats du monde ratés en alpin, à Schladming, Cologna a ramené deux médailles du Val di Fiemme. La Fédération helvétique ne veut pas s'arrêter en si bon chemin. Dès ce soir et jusqu'à dimanche, à Oslo puis à Voss-Myrkalden, les freestylers au passeport à croix blanche ont de belles cartes à jouer et de nombreuses breloques à ramasser.

«Les médailles, c'est vrai que c'est ce qui compte, sourit Christoph Perreten, le chef d'équipe en Norvège. Mais nous devons également assurer de bons résultats pour garder notre quota d'athlètes au Jeux.»

Avec Virginie Faivre, gagnante de l'épreuve préolympique de half-pipe il y a deux semaines à Sotchi (lire ci-contre), Alex Fiva et Armin Niederer, leaders de la Coupe du monde de skicross, ainsi que Fanny Smith, qui domine le classement féminin de la discipline, la délégation suisse a légitimement de quoi rêver de nombreux podiums.

Ce rendez-vous planétaire est une belle répétition générale, onze mois avant le grand raout olympique. Cette escale norvégienne doit également permettre à une nouvelle génération de skieurs – ils sont 10 sur 24 sélectionnés à être nés en 1990 ou plus tard – de prendre leurs marques au contact des meilleurs.

«Nous ne sommes pas ici juste pour les résultats bruts: il y a aussi de l'expérience à engranger en vue des Jeux olympiques et on peut également lancer des jeunes dans le grand bain», s'est réjoui Christoph Perreten. En espérant secrètement quelques bonnes surprises.

«Je suis ici pour me faire plaisir»

Ma victoire à Sotchi (ndlr: il y a deux semaines en Coupe du monde) m’a fait du bien et c’est très motivant pour la suite des événements. Mais chaque épreuve est différente. Le principal, ici, c’est de me faire plaisir. Je vais essayer de prendre l’épreuve comme un entraînement et de ne pas trop penser à l’enjeu. C’est ainsi que j’ai appris à fonctionner avec le temps (ndlr: elle a 30 ans et a déjà été sacrée championne du monde en 2009). J’ai un peu la grippe, quelques soucis après un choc à la tête l’an dernier et des douleurs aux quadriceps... Les installations, ici, me plaisent bien. Tout est parfait, même si je n’y ai pas encore vraiment pris mes marques. La finale de nuit me séduit particulièrement. L’objectif? Nous serons 12 au départ et nous viserons toutes une médaille. Après les qualifications (ndlr: elle a terminé troisième), tout est envisageable.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!