France: Un suicide tous les trois jours dans les prisons
Actualisé

FranceUn suicide tous les trois jours dans les prisons

Plusieurs ONG ont dénoncé mardi à Genève les conditions de détention en France à l'occasion de l'examen du rapport de ce pays par le comité de l'ONU contre la torture.

«La société civile demande une réforme de grande ampleur du système carcéral français, marqué par la surpopulation et l'arbitraire de l'administration pénitentiaire», a déclaré à la presse Stéphanie Djian, de l'Observatoire international des prisons.

L'ONG a dénoncé notamment le durcissement de la politique pénitentiaire, les «conditions suicidaires» des quartiers disciplinaires, les mesures d'isolement de longue durée, «l'obsession de la récidive».

Le taux de suicide dans les prisons en France est le plus élevé de l'ex-Europe des Quinze: 35 suicides ont eu lieu depuis le début de l'année, 122 en 2009 et 115 en 2008. «Il y a un manque de volonté politique d'humaniser les conditions de détention», a affirmé Stéphanie Djian. Quelque 62 000 personnes sont derrière les barreaux en France.

Expérimentation du taser

La responsable de l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT France) Florence Boreil a dénoncé pour sa part l'expérimentation des pistolets taser à décharge électrique en milieu carcéral. «Il n'y a pas de formation du personnel», a-t-elle affirmé.

Des membres du comité de l'ONU contre la torture ont soulevé la question de l'utilisation par les forces de gendarmerie françaises de pistolets taser. En 2007, le comité de l'ONU avait estimé que le taser pouvait constituer «une forme de torture» et «provoquer la mort» et avait demandé au Portugal de renoncer à son usage. (ats)

Ton opinion