Actualisé 16.03.2015 à 18:21

Cambodge

Un Suisse arrêté pour des actes de pédophilie

Un Suisse de 32 ans a été interpellé jeudi dernier à Siem Reap, au Cambodge. Il est accusé d'avoir abusé de trois garçons. Le tribunal de district de la région a officiellement porté plainte contre lui.

de
num/ofu
L'accusé (photo) vit au Cambodge depuis plusieurs années.

L'accusé (photo) vit au Cambodge depuis plusieurs années.

L'organisation Action pour les enfants (Aple), qui s'engage dans la lutte contre la pédophilie au Cambodge, a été contactée par plusieurs personnes au sujet d'un Suisse domicilié à Siem Reap. L'Helvète de 32 ans, qui gère un petit hôtel, s'est fait notamment remarquer en postant des photos de lui et de mineurs sur son profil Facebook.

Les parents de trois garçons, âgés de 7, 8 et 9 ans, ont récemment contacté la police parce qu'ils le soupçonnaient d'avoir abusé de leurs petits. Interrogé par «The Cambodia Daily», le chef de la section pour la traite d'êtres humains des autorités locales, Chea Heng, a confirmé que le trentenaire avait été interpellé jeudi dernier dans son hôtel: «En raison des vidéos pédopornographiques retrouvées sur son téléphone portable et des témoignages des victimes, nous avons transmis l'affaire au Tribunal de district de Siem Reap.»

Soutien psychologique aux trois garçons

L'organisation Aple a aidé les forces de l'ordre dans leur enquête et a offert un soutien psychologique aux trois garçons en question. «Ils affirment avoir été abusés par le Suisse lorsqu'ils allaient se baigner dans sa piscine», confirme un porte-parole des autorités locales. De son côté, le Tribunal de district de Siem Reap assure qu'il a officiellement porté plainte contre le Suisse de 32 ans. Son ordinateur et ses autres appareils électroniques sont actuellement analysés.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) confirme l'arrestation d'un ressortissant suisse au Cambodge. «L'Agence de Suisse à Phnom Penh est en contact avec les autorités locales compétentes. Pour des raisons de protection des données et des personnes, nous ne pouvons donner davantage d'informations», précise le DFAE.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!