Pollution sonore: Un Suisse sur sept souffre du bruit du trafic
Actualisé

Pollution sonoreUn Suisse sur sept souffre du bruit du trafic

Le bruit excessif du trafic a des conséquences sur la santé des individus. L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) estime qu'il faut prendre des mesures, notamment pour le trafic routier.

En Suisse, une personne sur sept est confrontée au bruit excessif du trafic. Or cette situation a des conséquences sur la santé des individus: les experts estiment à quelques dizaines de milliers les années de vie perdues à cause du bruit. C'est la raison pour laquelle il faut prendre des mesures à la source, notamment pour le trafic routier, a plaidé vendredi l'Office fédéral de l'environnement (OFEV).

Parmi les mesures à prendre à la source figure notamment une meilleure gestion du trafic. Il faut également privilégier les véhicules, les pneus et les revêtements silencieux, a souligné l'OFEV. Dans le même temps, les zones de calme doivent être préservées, notamment par la création d'«oasis de calme» et de lieux de détente, même en zone urbaine. Les déplacements pour les loisirs représentent la moitié du total du trafic routier et une bonne part est due à ceux qui recherchent le calme et la tranquillité.

Selon l'Organisation mondiale pour la santé (OMS), les risques environnementaux représentent 24% des atteintes à la santé. Le bruit fait partie intégrante de ces risques. Des études ont démontré que les personnes constamment exposées au bruit présentent plus de risques d'être atteintes d'une maladie cardiovasculaire.

Des années de vie perdues

En 2011, l'OMS a calculé l'impact du bruit sur la santé à l'échelle européenne avec l'indicateur AVCI (Année de vie corrigée de l'incapacité). «Cet indicateur permet de mesurer les troubles liés à l'environnement (degré attribué à chaque année de vie, qu'elle soit médicalement sans problème, troublée par la maladie ou complètement perdue en raison d'un décès). D'après les données relatives aux nuisances sonores, il apparaît que les troubles du sommeil dus au bruit du trafic sont à l'origine de la perte d'environ 903'000 années de vie en Europe occidentale».

En Suisse, 26'071 années de vie sont perdues, d'après la banque de données SonBase, mandatée par l'OFEV. A titre de comparaison, en 2008, l'OFEV comptait 50'000 années de vie perdues à cause de la pollution de l'air.

D'autre part, si les enfants subissent une exposition excessive au bruit pendant les périodes d'apprentissage cruciales, le développement de leurs capacités cognitives peut être entravé. Par conséquent, leur futur niveau de formation va en être influencé.

Journée internationale contre le bruit

Cette année, et pour la huitième fois, la Suisse participera à la Journée internationale contre le bruit, le 25 avril. Cette journée est organisée par le groupement des responsables cantonaux de la protection contre le bruit (Cercle Bruit), la Société suisse d'acoustique, la Ligue suisse contre le bruit et Médecins en faveur de l'environnement. Elle est soutenue par l'OFEV et l'Office fédéral de la santé publique. (ap)

Ton opinion