Actualisé 06.12.2006 à 18:32

Un Suisse sur six a trouvé son bonheur en ligne

La recherche du partenaire amoureux se fait de plus en plus sur internet: selon une étude présentée mercredi à Zurich, et commandée par une agence de rencontres en ligne, 17% des 1000 personnes sondées ont ainsi rencontré l'âme soeur.

Pour connaître l'évolution de ce type de rencontres, l'agence «parship.ch» réalise régulièrement un sondage online auprès d'un échantillon représentatif de la «population active sur le web en Suisse». Celle-ci est estimée à plus de 71 % des plus de 14 ans.

Ce troisième pointage montre qu'internet gagne en importance auprès des célibataires en quête de l'âme soeur. Il est cité par 57,5 % des personnes interrogées, contre 54% l'an dernier et 47% en 2004. Selon les responsables de l'agence, ce moyen de rencontre est même désormais tout à fait entré dans les moeurs et accepté, les heureux couples n'hésitant plus à en parler autour d'eux.

Les moyens de rencontres classiques restent cependant les plus utilisés. Internet arrive en quatrième position, derrière les amis communs, les sorties et le travail.

Ceux qui cherchent

Relative surprise: internet comme moyen de rencontres est carrément plébiscité par les 40-49 ans, dont 57,7% seraient prêts à se lancer, contre 42,2% des 20-29 ans (»qui sont socialement plus actifs», selon l'agence Parship) et 45,4% des 30-39 ans.

En revanche, les internautes ayant trouvé chaussure à leur pied sont plutôt jeunes: 23,4% des 20-29 ans ont du succès, contre 12,9 % des 40-49 ans. Au total, sur les mille personnes interrogées, 17% ont rencontré leur partenaire grâce à internet (16,4% en 2005 et 14% en 2004).

Avantages cités par les internautes: la recherche en ligne permet de rencontrer des personnes diverses, autorise une prise de contact par étapes et garantit l'anonymat.

Quinze partenaires différents

On apprend encore que 45% des internautes sondés ont eu entre deux et cinq histoires d'amour ou partenaires. L'amour unique ne concerne que 7,5% des personnes. Près d'un internaute sur cinq a eu entre 6 et 10 partenaires, et plus d'un sur dix en a eu au moins 15. Selon Parship, il faudrait statistiquement 12,7 histoires sérieuses pour espérer trouver ensuite le partenaire idéal.

Le sondage s'est aussi penché sur la conception des internautes en matière de répartition des rôles. En Suisse alémanique, un projet de partage égalitaire des tâches entre partenaires ne passerait pas la barre d'un scrutin populaire: 42% seulement l'approuve (68,4% en Suisse romande).

L'agence «parship.ch» se dit relativement seule, et «heureuse de l'être» dans un segment particulier: celui de la mise en contact, payante, de personnes recherchant une relation sérieuse durable. «Contrairement aux quelque 800 portails internet consacrés en Europe à la rencontre futile et au flirt, nous offrons une véritable analyse des besoins», a déclaré Harald Kratel, directeur de Parship international. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!