Actualisé 13.07.2016 à 09:46

Valais

Un Super Puma traque les migrants clandestins

Un hélicoptère de l'armée de l'air, équipé de caméras infrarouges, a survolé la région de Brigue-Glis, dans la nuit de vendredi à samedi, afin de surveiller la frontière suisse.

de
jbu/ofu
Une heure de vol en Super Puma coûte 10'9000 francs

Une heure de vol en Super Puma coûte 10'9000 francs

photo: Keystone

Les gardes-frontières suisses ont du pain sur la planche. Au Tessin, ils ont intercepté 1300 personnes qui ont passé illégalement la frontière suisse. Et cela rien que dans la première semaine de juillet. Dans les cantons du Valais et de Vaud, ce chiffre s'élève à 157 pour la même période.

Selon des informations de la radio haut-valaisanne Radio Rottu, le Corps des gardes-frontière déployé dans la partie alémanique du canton a reçu de l'aide de la part de l'armée suisse.

«Attiser la thématique de l'asile»

Pendant près de six heures, un Super Puma, équipé de caméras infrarouges, a en effet scruté la région de Brigue-Glis à la recherche de migrants clandestins, dans la nuit de vendredi à samedi. On ignore cependant si des personnes ont été interceptées cette nuit-là.

Pour le conseiller national et chef de fraction Balthasar Glättli (Verts), l'intervention est totalement démesurée. Il rappelle qu'une heure de vol en Super Puma coûte 10'900 francs, selon l'ordonnance sur les émoluments du Département fédéral de la défense. «Pour six heures, ça fait plus de 65'000 francs. Avec cet argent, on pourrait engager un garde-frontière durant une demi-année», critique le politicien. Mais Balthasar Glättli va encore plus loin: «Je soupçonne les conseillers fédéraux UDC de vouloir attiser la thématique de l'asile durant le creux de l'été avec de telles actions dramatiques.»

Lutter contre les passeurs

Des accusations rejetées par Thomas Hurter (UDC), membre de la commission de la politique de sécurité du Conseil national et pilote militaire. «Ce type d'intervention fait du sens, d'autant plus que les frontières ne sont contrôlées que sporadiquement. Nous devons cela au peuple suisse.» Et d'ajouter: «Il est important que nos forces de sécurité travaillent ensemble. Je trouve dommage que la gauche ne rate pas une occasion de critiquer leurs interventions.»

Contacté par «20 Minuten», le Corps des gardes-frontière (Cgfr) précise que l'armée de l'air le soutient régulièrement dans ses missions. Les gardes-frontière peuvent ainsi bénéficier de 675 heures de vol en hélicoptère militaire et de 100 heures de vol de drone par année. Les 6 heures d'intervention du Super Puma en Valais seront simplement déduites du quota. Les coûts sont pris en charge par le Département fédéral de la défense. Le but premier de l'intervention à Brigue était de lutter contre l'immigration clandestine et les passeurs, selon le Cgfr.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!