Euro 2016: Un supporter anglais entre la vie et la mort à Marseille
Actualisé

Euro 2016Un supporter anglais entre la vie et la mort à Marseille

Plusieurs rixes ont éclaté samedi, bien avant le début de la rencontre Angleterre-Russie. Un homme a été hospitalisé dans un état grave.

1 / 41
Un hooligan russe de 31 ans, soupçonné d'avoir participé au tabassage d'un supporter anglais, a été extradé depuis l'Allemagne et placé en détention provisoire en France. (Archives) (Lundi 12 mars 2018)

Un hooligan russe de 31 ans, soupçonné d'avoir participé au tabassage d'un supporter anglais, a été extradé depuis l'Allemagne et placé en détention provisoire en France. (Archives) (Lundi 12 mars 2018)

Keystone
Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve estime que l'Euro 2016 a été une réussite sur le plan sécuritaire. (Lundi 11 juillet 2016).

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve estime que l'Euro 2016 a été une réussite sur le plan sécuritaire. (Lundi 11 juillet 2016).

Reuters/Regis Duvignau
Des incidents entre fans et policiers ont éclaté aux abords de la fan zone de Paris, dimanche soir, lors de la finale de l'Euro entre le Portugal et la France. (Dimanche 10 juillet 2016)

Des incidents entre fans et policiers ont éclaté aux abords de la fan zone de Paris, dimanche soir, lors de la finale de l'Euro entre le Portugal et la France. (Dimanche 10 juillet 2016)

AFP

Des incidents se poursuivaient dans la nuit de samedi à dimanche après le match Angleterre-Russie à Marseille, où une série d'affrontements, notamment entre supporters, a fait 35 blessés, dont un Anglais, dans un état critique depuis la fin de l'après-midi.

Vers 17H30, plus de trois heures avant le coup d'envoi de ce match considéré comme l'un des plus risqués de l'Euro 2016, ce supporter anglais a reçu «des coups de barre de fer, vraisemblablement à la tête», a rapporté une source policière.

Un CRS a tenté de le ranimer sur place avant qu'il ne soit évacué vers un hôpital, a-t-elle ajouté. Son pronostic vital est engagé, a complété le préfet de police des Bouches-du-Rhône Laurent Nunez.

Trois autres personnes sont considérées comme «grièvement blessées» par la préfecture de région, sans que leur pronostic vital ne soit engagé.

Grenades lacrymogènes

Vers 00H30, de nouveaux incidents ont éclaté sur le Vieux-Port, où avaient convergé jeunes marseillais, supporters anglais et quelques supporters russes.

Les CRS ont à plusieurs reprises tiré des grenades lacrymogènes, notamment pour permettre la fermeture des derniers bars, puis autour de la Canebière, où des jeunes se livraient à des courses avec la police, a constaté l'AFP.

Samedi soir, le préfet de police Laurent Nunez avait fait état de six interpellations.

Une première vague d'incidents qui a duré environ une heure et demie - violentes bagarres entre supporters ivres, jets de bouteilles et d'objets divers sur les forces de l'ordre - a eu lieu à partir de 16H00, aux alentours du Vieux-Port, a constaté l'AFP.

D'autres incidents vite maîtrisés

«La police est intervenue sur des rixes qui opposaient des supporters anglais, russes et des français» a indiqué Laurent Nunez. La rixe la plus sévère a opposé quelque 500 supporters - 300 d'un côté et 200 de l'autre - dans une rue perpendiculaire au Vieux-Port.

Vers 20H00, d'autres incidents, vite maîtrisés, ont ensuite éclaté aux alentours du stade Vélodrome, la police devant utiliser des grenades lacrymogènes et un canon à eau pour disperser les supporters.

De brèves échauffourées ont également éclaté au Vélodrome lui-même à la fin du match Angleterre-Russie (1-1), comptant pour le groupe B de l'Euro 2016.

Des incidents similaires avaient déjà eu lieu jeudi et vendredi à Marseille, mais avaient impliqué moins de supporters, et sans faire de blessé grave. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion