Actualisé 03.05.2011 à 13:07

Assurance-invalidité

Un sur quatre souffre de problèmes psys

Un employé sur quatre souffre au cours de sa carrière de problèmes psychiques qui influencent négativement son travail.

Pour les employeurs, la solution est pratiquement toujours le licenciement alors qu'ils pourraient chercher de l'aide auprès des experts de l'assurance-invalidité.

Dans les petites entreprises où les gens se connaissent bien, la proportion d'employés à problèmes se monte même à un sur deux, selon une étude pilote conduite dans les deux Bâles et présentée mardi. Celle-ci a pour but de faire la lumière sur un phénomène méconnu et d'aider les employeurs qui y sont confrontés.

«Que cela soit sur notre lieu de travail ou au travers le récit de tiers, nous connaissons tous le cas d'un collègue difficile», remarque, selon la version écrite de son discours, Barbara Gutzwiller, directrice de l'association patronale bâloise. «Mais la plupart du temps, nous imputons cela à un problème de caractère».

Presque toujours licenciés

Ce sentiment retarde la reconnaissance du problème sur le plan médical, constate l'étude. Si les employeurs disent presque toujours trouver une solution, il s'agit dans 90% des cas du renvoi de la personne à problème.

L'AI n'est pratiquement jamais considérée comme une instance qui pourrait aider à trouver une solution. Pourtant, depuis 2008, les employés concernés peuvent facilement y être enregistrés pour un dépistage préliminaire ou une intervention.

Eviter la marginalisation

Il est important que les employeurs connaissent ces options et les aides qu'ils peuvent demander pour éviter la marginalisation ou assurer la réinsertion des personnes qui souffrent de troubles de la personnalité. Parmi les rentiers AI, celles-ci représentent une majorité, souligne Mme Gutzwiller.

Commandée par l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS), l'enquête a été conduite au printemps 2010 par l'office de réhabilitation psychiatrique des services psychiatriques de Bâle-Campagne en collaboration avec la Haute école de Kärnten (A). Plus de 1000 personnes y ont participé, principalement des cadres.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!