Région parisienne: un suspect de double infanticide en Allemagne a été arrêté en France

Publié

FranceSuspect de double infanticide en Allemagne arrêté en région parisienne

L’homme de 50 ans, de nationalité indienne, est soupçonné d’avoir égorgé sa fille de 7 ans et tué son fils de 11 ans, le 11 mai dernier, près de Francfort, a annoncé la police française.

La police française a annoncé mercredi avoir interpellé un père de famille suspecté d’avoir tué ses deux enfants en mai dernier à Hanau, en Allemagne. Le drame se serait produit dans un contexte de séparation du couple.

La police française a annoncé mercredi avoir interpellé un père de famille suspecté d’avoir tué ses deux enfants en mai dernier à Hanau, en Allemagne. Le drame se serait produit dans un contexte de séparation du couple.

Photo d’illustration/AFP

Un homme recherché pour un double infanticide, commis le 11 mai à Hanau, près de Francfort, en Allemagne, a été interpellé en région parisienne, peu après les faits, par la police française. Né en 1972 et de nationalité indienne, l’homme a été interpellé le 14 mai «sans difficulté» dans un temple sikh situé à Bobigny, où il avait trouvé refuge, a expliqué Guillaume Lacassin, chef de la Brigade nationale de recherche des fugitifs.

Ce père de famille est soupçonné d’être responsable de la mort, le 11 mai, de sa fille de 7 ans, égorgée dans l’appartement familial situé au neuvième étage d’un immeuble de Hanau, dans la banlieue de Francfort, et de celle de son fils de 11 ans, retrouvé inanimé au pied du bâtiment. Le drame est intervenu dans un «contexte de séparation du couple». La mère était absente au moment des faits.

Un crime prémédité

L’homme avait ensuite pris la fuite. Sa cavale semble avoir été «préparée», puisqu’il avait effectué «un gros retrait de près de 3000 euros le matin des faits», a souligné le commissaire Lacassin. Il a ensuite pris un train vers Aix-la-Chapelle, passé une nuit dans un temple sikh en Belgique, avant d’être localisé dans le temple de Bobigny.

Selon les premiers éléments de l’enquête, «il n’avait pas d’attache en France», a expliqué Guillaume Lacassin, qui a souligné la «bonne coordination» entre les polices et autorités judiciaires, belges, allemandes et françaises, qui a permis d’aboutir à cette arrestation. Incarcéré à Fresnes (région parisienne) depuis son interpellation, il doit être remis aux autorités allemandes, dans les prochains jours.

(AFP)

Ton opinion