Un suspect reconnaît des projets d'attentats aux USA et au Royaume-Uni

Actualisé

Un suspect reconnaît des projets d'attentats aux USA et au Royaume-Uni

Un Britannique de 34 ans a reconnu jeudi devant un tribunal londonien avoir planifié des attentats aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

L'homme, qui avait été arrêté en 2004, voulait «tuer autant d'innocents que possible».

S'exprimant devant le tribunal de Woolwich, au sud-est de Londres, Dhiren Barot a plaidé coupable d'avoir planifié des attentats à Washington, New York et Newark. Il a aussi reconnu avoir projeté plusieurs attentats au Royaume-Uni, dont l'une utilisant une «bombe sale» pour provoquer, selon l'accusation, la «peur et le chaos» dans des attaques synchronisées.

Selon l'acte d'accusation, il avait planifié ces attaques avec d'autres personnes entre 1er janvier 2000 et le 4 août 2004, date de son arrestation.

FMI et Bourse de New York

Les projets d'attentats, ou propositions, avaient été découverts dans son ordinateur après son arrestation, a rappelé le procureur Edmund Lawson. Celui-ci a évoqué des «plans pour attaquer les bâtiments du FMI et de la Banque mondiale à Washington, ceux de la Bourse de New York et et du groupe financier Citigroup à New York, et de la société d'assurances Prudential à Newark (New Jersey).

Au Royaume-Uni, le plan visait à faire exploser trois limousines remplies de gaz et d'explosifs dans des parkings souterrains. Trois autres attentats étaient envisagés, dont l'un impliquant une «bombe sale», qui auraient été perpétrés de «manière synchronisée».

Le projet américain «visait à tuer autant d'innocents que possible», a souligné le procureur. Au Royaume-Uni, a-t-il poursuivi, il s'agissait de créer «blessures, peur, terreur et chaos».

Le juge en charge du dossier a imposé jeudi des restrictions à la presse sur ce qui peut être écrit, tant que n'est pas terminée la procédure judiciaire à l'encontre des sept autres personnes, dont deux complices, arrêtées en même temps que Barrot.

Inculpé aux USA

Barot, également connu le nom d'Issa al-Hindi, est considéré par Washington comme un militant du réseau Al-Qaïda. Avec ses deux complices, il a été inculpé en avril 2005 à New York pour des projets d'attentats aux Etats-Unis.

Les trois hommes sont accusés aux Etats-Unis de «complot» visant à «utiliser des armes de destruction massive», à fournir un soutien matériel à une entreprise terroriste, et à «détruire des bâtiments liés au commerce international», selon l'acte d'inculpation présenté en 2005 devant le tribunal fédéral de Manhattan.

Washington a précisé vouloir demander l'extradition des trois hommes, une fois menées à bien les poursuites lancées au Royaume- Uni. (ats)

Ton opinion