Actualisé 17.12.2017 à 15:35

Jeunes UDC NeuchâtelUn tatouage nazi pousse le président à la démission

En fonction depuis octobre 2016, Stève Cao a démissionné avec effet immédiat de la présidence des jeunes UDC neuchâtelois.

de
ywe/nxp
Stève Cao sur son compte Facebook.

Stève Cao sur son compte Facebook.

Facebook

Le président des Jeunes UDC neuchâtelois, Stève Cao, dont l'avant-bras gauche est tatoué de la devise de la Schutzstaffel (SS), l'une des principales organisations du régime nazi, a quitté ses fonctions vendredi et a démissionné du parti, rapportent l'«Ostschweiz am Sonntag» et la «Zentralschweiz am Sonntag». Ce sont ces journaux qui ont révélé aux instances dirigeantes du parti la proximité de l'homme avec l'idéologie d'extrême-droite.

Il a expliqué que le tatouage est une erreur de jeunesse et affirme qu'il avait l'intention de l'enlever depuis longtemps. Il ajoute qu'il a renoncé à l'idéologie d'extrême droite. Son compte Facebook a été supprimé dans la foulée de sa démission. Il quitte également le Conseil Général de La Chaux-de-Fonds.

Le président des jeunes UDC Suisse, Benjamin Fischer, a quant à lui signifié à Stève Cao qu'il devait démissionner immédiatement, sans quoi la section neuchâteloise ferait face à une procédure d'exclusion du parti national. «Je n'étais pas au courant de son passé. Je n'avais jamais eu de contact avec lui, il ne participait pas aux réunions du comité central, a-t-il expliqué au journal alémanique. Les tendances nationales-socialistes n'ont rien à voir avec nous, et nous ne les tolérons pas.»

Le président de l'UDC Suisse, Albert Rösti, s'est dit choqué. «L'idéologie d'extrême droite n'a absolument aucune place dans notre parti. C'est intolérable», a-t-il déclaré. Il s'est également dit soulagé que l'homme ait pris lui-même ses responsabilités en donnant sa démission.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!