08.07.2020 à 20:49

Armée suisse

Un taux de contamination «alarmant»

Les tests réalisés sur les recrues qui viennent de rejoindre leur école ont montré que 0,3% d’entre elles étaient positives au coronavirus. Mais celles qui avaient des symptômes n’étaient pas dans le lot.

Le 29 juin dernier, tous les jeunes débutant l’école de recrues se sont faits dépister, de même que tous les cadres de l’armée.

Le 29 juin dernier, tous les jeunes débutant l’école de recrues se sont faits dépister, de même que tous les cadres de l’armée.

Keystone

Avant de commencer leur formation, toutes les recrues qui ont rejoint leur école, le 29 juin dernier, ont subi un dépistage pour le Covid-19. Les cadres de l’armée suisse y ont aussi été soumis. Or, sur les 11'828 tests effectués, 38 se sont révélés positifs (0,3%), indiquait mardi le DDPS. Un taux qui peut sembler bas à première vue, mais qui est considéré comme «alarmant» pour le Dr Janne Estill, mathématicien et spécialiste des modèles épidémiologiques à l’Institut de santé globale de l’Université de Genève (UNIGE). «Les recrues malades n’étaient pas là. Celles qui ont été testées positives n’avaient donc pas, ou très peu, de symptômes», a expliqué le spécialiste à «20 Minuten». Selon lui, en extrapolant ce chiffre à la population suisse, on pourrait considérer que «2000 à 2500 personnes ont été infectées chaque jour ces deux dernières semaines».

Mais, tempère le spécialiste, on a seulement affaire à une petite tranche d’âge de la population, donc l’échantillon n’est pas représentatif. De plus, «ils sont jeunes et sont susceptibles d’avoir participé à nombre de fêtes et de rencontres avant leur entrée à l’école de recrues. Ils ont donc été exposés à un risque d’infection plus élevé que la population moyenne», détaille le Dr Janne Estill.

La recherche de contacts a ses limites

Pour le spécialiste, ces tests à grande échelle donnent une bonne idée de l’évolution de la pandémie. Ils laissent ainsi supposer que le nombre de cas positifs est peut-être plus élevé que ce qui a été enregistré, en raison de ceux qui n’ont pas été signalés. «Mais nous n’avons simplement pas assez de données», déplore le chercheur.

Ces tests dans les écoles de recrues montrent que la recherche des contacts a ses limites: «Les personnes infectées qui ne présentent aucun symptôme ou presque ne sont souvent pas testées, quand bien même elles peuvent contaminer d’autres personnes qui, elles, peuvent développer une forme grave de la maladie. Il est donc très difficile de retracer de manière complète les chaînes d’infection», note le Dr Janne Estill, qui estime qu’il «vaut mieux tester une fois de trop que pas assez».

L'armée prête à affronter une éventuelle 2ème vague

Son chef a ordonné de planifier ce cas de figure, a indiqué le porte-parole de l'armée Stefan Hofer.

L'armée pourrait fournir des militaires si le Conseil fédéral ou la société faisait appel à elle, a-t-il précisé mercredi à l'agence d'information Keystone-ATS. Cela peut également exiger une mobilisation. Des compagnies ou des bataillons entiers sont prêts à soutenir les autorités en trois ou quatre jours.

Le principe de subsidiarité s'appliquerait toujours: l'armée ne fournira que les services que la société ne peut pas assurer.

(dgr/jfz)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
161 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Petits moutons

09.07.2020 à 19:36

Alors certains commentaires affirment que cette année L'OMS a dit "pas de morts de la grippe saisonnière cette année ". Et vous gobez ça, donc statistiques officielles OMS 2018/19, plus de 650'000 recensés, et 2019/20, terminé, disparue elle a tiré sa révérence et laissé sa place au covid. On vous dirait que dans 5 jours une astéroïde détruirait la terre que vous y croiriez

John Doe

09.07.2020 à 15:53

Yo, c'est le même matheux qui a a dit que selon ses calculs exponentiels les suédois auraient 70000 morts, ouah 😂😂😂

aloi

09.07.2020 à 12:12

l'armée suisse est exemplaire et a agit brillement en contrôlant systématiquement les nouvelles recrues et en leur imposant de rester en caserne pour le 1er weekend. le nombre de cas ainsi décelé, bien que faible nourri le venin de quelques médecins gauches, mais l'armée n'est évidemment pas responsable. c'est tout de même en partie grâce à elle que nos hôpitaux n'ont pas été submergés et nos frontières bien gardées. je salue ces anges de l'ombre qui défendent notre pays alors que certaines voix croient qu'on pourrait s'en passer