Genève: Un tea-room pour remplacer le Mortimer

Actualisé

GenèveUn tea-room pour remplacer le Mortimer

La pâtisserie Pougnier espère ouvrir sa huitième enseigne à la fin mai. Le fameux fondant au chocolat du Mortimer ne réapparaîtra donc pas.

par
Jérôme Faas
Ladresse est à labandon depuis la fin de lannée 2012.

Ladresse est à labandon depuis la fin de lannée 2012.

Après des mois de mystère, le devenir de la célèbre enseigne est connu. Collégiens, touristes et juges s'attableront à nouveau au pied de la terrasse Agrippa-d'Aubigné. Certes, le Mortimer et son fameux fondant au chocolat ne renaîtra pas de ses cendres. Les amateurs de douceurs devraient néanmoins s'y retrouver: c'est le boulanger-pâtissier-chocolatier Pougnier qui emménagera place du Bourg-de-Four.

«Nous voulons faire un tea-room/pâtisserie à l'atmosphère sympathique et cosy, un peu comme notre adresse du boulevard de la Cluse, détaille Yves Borgeaud, administrateur de la société A. Pougnier, et petit-fils d'Albert, qui la lança en 1947 à Florissant. Il prévoit d'ouvrir de 6h30 à 19h, en été jusqu'à 20h. De plats chauds il n'est pas question, en revanche. «Nous servirons peut-être des soupes, des salades, des gaspachos, mais pas plus. Ce n'est pas notre métier. Et le propriétaire voulait oublier la restauration.» L'activité, semble-t-il, générait des nuisances pour les habitants de l'immeuble.

Le magasin devrait accueillir ses premiers clients entre le 20 et le 30 mai, espère Yves Borgeaud. «Bien sûr, le nom Mortimer disparaît, mais j'espère que les gens seront contents. C'est toujours mieux qu'un Starbuck...» –jérôme faas

Le titulaire du bail vivait à l'étranger

Les exploitants du Mortimer ont fait faillite à la fin de l’année 2012. Le lieu marche fort bien, mais ils ne parviennent pas à faire face à l’importante redevance exigée par le titulaire du bail, qui vit depuis longtemps à l’étranger. S’ouvre alors un combat juridique pour savoir qui peut jouir des lieux. Le propriétaire, la Société immobilière des anciennes granges de l’évêque de Genève, obtient finalement gain de cause; et peut alors relouer l’un des lieux les plus emblématiques de la Vieille-Ville.

Ton opinion