Euro 2016: «Un terrible goût d'inachevé»
Actualisé

Euro 2016«Un terrible goût d'inachevé»

Christian Constantin n'a fait qu'un rapide aller-retour aérien jusqu'à Saint-Etienne. Son avion a décollé juste après celui de Doris Leuthard

par
Nicolas Jacquier
Saint-Etienne
Keystone

«Il y a de quoi être frustré tant il y avait cette fois la place pour passer... On devait passer l'épaule avant les tirs au but. Au final, il reste un terrible goût d'inachevé.» Ce samedi en fin de journée, Christian Constantin ne s'est pas éternisé à Saint-Etienne. Moins de 2 heures après le verdict de Geoffroy-Guichard et la cruelle élimination aux tirs au but, le président du FC Sion avait déjà regagné le sol valaisan. «J'ai mis 27 minutes pour rejoindre Sion. Mon avion a décollé juste après celui de Doris Leuthard», a-t-il précisé.

La Suisse, elle, avait mis bien plus de temps pour sortir de l'étrange torpeur qui l'avait caractérisée en première période. «Son jeu était décousu, on ne cherchait pas la profondeur, on peinait sur le côté droit. En fin de compte, la Suisse a épousé la même courbe que Shaqiri.»

Quant au déroulement de la séance de tirs au but... «C'est dommage d'en arriver à cette extrême, reprend Constantin. Même si cela peut paraître cruel aujourd'hui, c'est déjà mieux que la pièce de monnaie (pile ou face) utilisée à l'époque. Je ne sais pas pourquoi Xhaka nous a mis une mine pareille. Pourquoi a-t-il tiré si fort alors que le gardien donnait visuellement toutes les indications? Il suffisait d'assurer de l'autre côté…»

Comme en 2006 à Cologne face à l'Ukraine quand elle n'avait transformé aucune de ses tentatives, la Suisse a échoué aux «pénoches». Si le verdict ne diffère pas, elle l'a simplement fait dans des proportions moins humiliantes. Mais pas moins difficiles à encaisser si l'on songe au scénario du malheur…

Ton opinion