Grandes manifestations: «Un test négatif ou un vaccin devraient y donner accès à la fin avril»
Publié

Grandes manifestations«Un test négatif ou un vaccin devraient y donner accès à la fin avril»

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la Santé voit d’un bon oeil des assouplissements à brève échéance. Des initiatives sont déjà tentées ça et là.

Lukas Engelberger estime que des projets pilotes doivent pouvoir être mis en place à brève échéance.

Lukas Engelberger estime que des projets pilotes doivent pouvoir être mis en place à brève échéance.

20Min

Dans une interview donnée au «Sonntags Zeitung», le représentant des ministres cantonaux de la Santé Lukas Engelberger se dit favorable à l’autorisation de grandes manifestations auxquelles pourraient participer les personnes vaccinées, mais aussi celles qui ont réalisé un test négatif. «Cela devrait être possible dès que les personnes vulnérables auront été vaccinées, ce qui pourrait arriver à la fin du mois d’avril», dit-il.

Des projets pilotes

Il ne demande pas pour autant des assouplissements trop larges, mais parle plutôt de projets pilotes, tels que réalisés dans certains pays européens où des spectateurs sont autorisés lors de compétitions sportives ou de manifestations culturelles après avoir été testés.

Pour lui, l’avancement de la campagne de vaccination et le développement des capacités de test doivent maintenant permettre des assouplissements. L’arrivée des autotests doit aussi jouer en faveur de réouvertures. À la question de savoir s’il ne craint pas que des gens qui réaliseraient ces autotests cacheraient le résultat s’il était positif, le Bâlois se montre rassurant. «Certes, il faut compter sur la responsabilité des gens. Mais si une personne se fait tester, c’est qu’elle est prête à en assumer les conséquences, sinon elle ne s’en donnerait tout simplement pas la peine», estime-t-il.

Des cas à reconsidérer

Comme le rappelle le journal alémanique, ces discussions sur des réouvertures ont lieu alors que la troisième vague semble se développer en Suisse. Mais pour Lukas Engelberger, les choses ont changé. «Il ne faut plus regarder le nombre de cas de la même manière qu’auparavant. Si la vaccination s’avère efficace, les cas peuvent augmenter sans que la courbe des hospitalisations ne suive la même tendance.»

De plus, la détection plus massive des personnes porteuses du virus pourrait presque être considéré d’un bon œil, puisqu’elle permet de les isoler et d’éviter qu’elles ne le transmettent plus loin.

(ywe)

Ton opinion

573 commentaires