Actualisé

SuisseUn tiers de la population s'engage dans le bénévolat

«Le volume du travail bénévole en Suisse est considérable», annonce jeudi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Environ un tiers des Suisses ont exercé en 2013 une activité bénévole. La statistique dévoile des différences entre sexes et régions. Le bénévolat sur Internet est en outre de plus en plus fréquent.

Les personnes exerçant une activité bénévole y consacrent environ une demi-journée par semaine. Pour l'année 2013, cela donne un total de 665 millions d'heures de travail, révèle jeudi l'OFS à l'occasion de la publication de son rapport «Le bénévolat en Suisse 2013/2014», en collaboration avec la Société suisse d'utilité publique.

A titre de comparaison, 853 millions d'heures de travail rémunéré ont été accomplies en 2013 dans le secteur de la santé et des activités sociales.

Selon les statistiques de l'OFS, 20% des personnes résidantes permanentes de plus de 15 ans, soit environ 1,4 million, se consacrent à au moins une activité non rémunérée de bénévolat dit organisé ou formel. Ce dernier recoupe les activités liées à des organisations, des institutions ou des associations.

Le bénévolat informel, qui recouvre l'aide au voisinage, la garde d'enfants ou les services et les soins à autrui, occupe lui 18,6% de la population, soit environ 1,3 million de personnes.

Femmes plutôt dans l'informel

Les hommes sont plus engagés que les femmes dans le bénévolat organisé (respectivement 22,2% et 17,9%). Les femmes s'impliquent par contre davantage dans le bénévolat informel (23,2% contre 13,8%), détaille l'OFS.

Les hommes et les femmes ne s«engagent pas dans les mêmes domaines. Les premiers privilégient les associations sportives, avant les associations culturelles et celles de défense d'intérêts.

Les femmes s'engagent également avant tout pour des associations sportives, mais de manière moins marquée que les hommes. Viennent ensuite les associations culturelles, les organisations socio-caritatives et les institutions religieuses. Elles font en outre nettement moins de bénévolat dans le domaine de la politique.

Concernant le profil de ces personnes, l'Office fédéral de la statistique indique que le taux de participation au travail bénévole organisé ne varie pas beaucoup selon les groupes d«âge. Il progresse jusqu«à ce que les personnes aient atteint la catégorie des 40 à 54 ans, pour fléchir ensuite lentement.

Différences entre les régions

Au rayon motivations, on retrouve tant chez les femmes que chez les hommes à la fois le sentiment d'être utile à la chose publique et des raisons personnelles. Quelque 74% considèrent leur engagement comme une bonne possibilité de faire bouger les choses. Près de 68% souhaitent aider autrui et 54% entendent élargir leurs connaissances et expériences.

Par ailleurs, le bénévolat organisé varie assez fortement d'une région à l'autre. Il est sensiblement plus présent en Suisse alémanique qu'en Suisse romande et au Tessin. Les différences relevées entre les régions linguistiques sont un peu moins élevées dans le domaine du bénévolat informel, selon le rapport.

Boom du bénévolat en ligne

L'OFS s'est également penché sur le bénévolat en ligne, qui prend de plus en plus d'importance. En 2014, un quart de la population résidante de plus de 15 ans s'est engagé dans au moins une activité bénévole sur Internet. Une personne sur dix est d'ailleurs exclusivement active dans le bénévolat en ligne, 15% combinant leur engagement avec une activité bénévole formelle ou informelle.

Fonder ou animer un groupe Facebook (8%), gérer le site d'une association ou d'une organisation (8%), contribuer à des forums ou rédiger un blog (6%) sont les activités bénévoles les plus courantes. Environ 2% de la population a déjà rédigé au moins une fois un article pour Wikipédia bénévolement.

Sans surprise, le bénévolat sur Internet est pratiqué le plus fréquemment par des jeunes (40% des 15 à 34 ans). Mais ces derniers n'en ont pas l'apanage, nous dit l'OFS. Environ un quart des 35 à 54 ans et un dixième des 55 ans et plus font de même. Les femmes s'investissent par contre nettement moins que les hommes dans ce domaine (19% contre 31%). (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!