Sondage: Un tiers des Suisses ne craint pas une pénurie de gaz ni de courant

Publié

SondageUn tiers des Suisses ne craint pas une pénurie de gaz ni de courant

Appelés à donner leur opinion sur les perspectives concernant l’approvisionnement énergétique cet hiver, les lecteurs de «20 Minutes» sont 38% à ne pas se faire de souci du tout.

38% des sondés pensent qu’il n’y aura pas de manque de gaz ni d’électricité cet hiver.

38% des sondés pensent qu’il n’y aura pas de manque de gaz ni d’électricité cet hiver.

DR

Lors du scrutin du 25 septembre, un sondage 20 Minuten/Tamedia a été ouvert concernant la pénurie d’énergie cet hiver ainsi que sur l’inflation.

Ainsi, 38% des personnes ayant répondu au questionnaire sont d’avis qu’il n’y aura pas de pénurie de gaz ni de courant. Pour leur part, 25% pensent que ces deux ressources vont manquer, 16% imaginent que la pénurie ne touchera que le gaz et 6% que l’électricité. Les hommes sont moins inquiets que les femmes. Quant à savoir s’il faut d’ores et déjà prendre des mesures d’économie, les avis sont partagés à 50-50. Concernant les domaines où les sondés seraient prêts à agir, on trouve en tête le renoncement au sèche-linge, suivi de la limite à 19 degrés du chauffage, puis des économies dans les transports en commun et l’économie de l’éclairage.

Pas de frein aux achats

Autre thème, l’inflation: 53% des sondés ne pensent pas qu’il faille déjà économiser sur les achats ou les frais liés aux loisirs, 22% ont déjà pris des mesures et 28% imaginent en prendre prochainement. Là aussi, les hommes sont moins pessimistes que les femmes.

Les pistes pour faire baisser les coûts de la santé

Ce mardi, le Conseil fédéral a annoncé la hausse des primes maladie pour l’année prochaine. Pour 34% des sondés, la faute pour ces hausses est à mettre au crédit de l’industrie pharmaceutique. Les patients sont eux-mêmes responsables pour 19% selon les sondés, les caisses pour 17% et les médecins et les hôpitaux pour 11%.

Face à ces augmentations, les personnes ayant pris part au sondage ont esquissé des pistes pour maîtriser ces coûts. En tête, l’idée de faire payer les urgences pour les cas bagatelle séduit 28% des sondés. Ils sont autant à demander que le prix des médicaments baisse drastiquement dans le pays. Une caisse maladie unique séduit 26% des sondés.

Information sur le sondage

(20min)

Ton opinion