Actualisé 26.11.2014 à 13:08

Chine

Un «tigre de Poutine» auteur d'un carnage

Un félin. remis en liberté par les autorités russes, a tué une vingtaine de chèvres en Chine après avoir passé la frontière entre la Russie et la Chine.

Un tigre de Sibérie remis en liberté en Russie a tué 18 chèvres après être passé en Chine, a assuré mercredi la presse à Pékin, qui a précisé en se trompant que le félin tueur avait été relâché par le président Vladimir Poutine.

Le fauve a effectué deux raids nocturnes dans une ferme proche de la frontière sino-russe, tuant cinq chèvres la première fois et 13 la seconde, a rapporté l'agence Chine nouvelle. «Il y avait des cadavres de chèvres partout», a relaté le fermier, Guo Yulin, cité par l'agence de presse.

Chine nouvelle a précisé que les experts avaient identifié un tigre baptisé Oustine, faisant partie d'un groupe de cinq relâchés par le président russe cette année. Le félin a été récemment localisé dans la province chinoise du Heilongjiang, après qu'il a traversé le fleuve frontalier Amour. Ses déplacements sont suivis par satellite grâce à un émetteur dans son collier.

Mais, selon des sources russes, Oustine n'a en fait pas été relâché par M. Poutine. Le chef du Kremlin a en effet rendu à la vie sauvage un tigre nommé Kouzia et deux autres congénères en mai dans l'extrême-orient russe, tandis que Oustine a fait partie d'un deuxième groupe de deux tigres relâché en juin.

Le président russe affiche régulièrement, devant les caméras, son engagement en faveur des espèces menacées. Ces mises en scène visent à le présenter comme un homme proche de la nature et soucieux des questions d'écologie. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!