Crise en Egypte: Un touriste suédois affirme avoir été torturé

Actualisé

Crise en EgypteUn touriste suédois affirme avoir été torturé

Un touriste suédois en Egypte affirme avoir été arrêté et torturé durant quatre jours par la police au Caire avant de réussir à s'échapper.

«Ils m'ont presque tué. La seule chose que je voulais, c'était voir ma femme et ma famille avant de mourir», a raconté Aaed Nijim, un Suédois de 22 ans, au tabloïd Expressen. Ce dernier a finalement réussi à s'échapper lorsque des manifestants ont mis le feu au bâtiment où il était détenu.

Les autorités suédoises ont confirmé lundi avoir été en contact avec un Suédois de 20 à 25 ans qui dit «avoir été en prison».

«Nous ne pouvons pas confirmer ce qui est lui est arrivé», a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère suédois des Affaires étrangères, Tobias Nilsson. Le jeune homme n'a pas encore sollicité l'assistance de l'ambassade au Caire.

Résidant à Teckhomatorp, dans le sud de la Suède, Aaed Nijim a expliqué qu'il était en vacances en Egypte et qu'il avait été arrêté mardi dernier par deux policiers en civil alors qu'il prenait des photos d'une mosquée à al-Abasia, dans la banlieue du Caire.

«Ils ont menacé de m'agresser sexuellement»

Conduit au poste de police voisin, il a été battu par plusieurs policiers, et l'un d'entre eux lui a dit qu'il croupirait en prison jusqu'à la fin de ses jours s'il appelait son ambassade, a-t-il raconté.

«Ils ont menacé de m'agresser sexuellement», explique le Suédois, affirmant avoir reçu des décharges électriques sur les organes génitaux.

Lorsque des manifestants ont mis le feu au bâtiment, Nijim et d'autres prisonniers ont pu s'échapper, selon son récit.

«Un homme juste à côté de moi a été abattu par la police. J'étais terrifié, mais j'ai continué à courir», explique le Suédois, qui a perdu ses papiers et son argent.

La Suède a recommandé dimanche après-midi d'éviter tout voyage non nécessaire en Egypte après les manifestations, durcissant son précédent conseil d'éviter de se rendre dans les grandes villes. (afp)

Ton opinion