Genève: Un trafic de chiots a été démantelé
Actualisé

GenèveUn trafic de chiots a été démantelé

Ce ne sont pas moins de 255 chiots qui ont été importés illégalement à Genève et vendus en Suisse romande. Les autorités vétérinaires appellent à la prudence.

par
comm

Les autorités vétérinaires romandes et la section antifraude douanière ont démantelé deux trafics de chiens portant sur 255 chiots, importés dans la plupart des cas à Genève et vendus principalement en Romandie. Ce commerce illégal présente le risque d'importer des épizooties en Suisse, l'état général de ces animaux étant souvent précaire.

Deux importants trafics de chiens en provenance de Hongrie ont été démantelés grâce à une étroite collaboration entre le service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV) de Genève, les SCAV romands et la section antifraude douanière. Ces trafics concernent, en

particulier, des chiots de petites races tels que les yorkshires, chihuahuas, shih tzus, etc.

Vendus à la sauvette

Entrés en Suisse via le canton de Genève pour la plupart, les chiens étaient vendus à la sauvette sur la voie publique pour des sommes allant jusqu'à 1500 francs par chien, alors qu'aucun document ne pouvait en attester l'origine ou le pedigree. Les documents d'importation n'existaient pas ou n'étaient pas conformes. De nombreux chiens ont dû être traités et parfois hospitalisés. Ils présentaient des pathologies telles que des infestations par des parasites intestinaux, des diarrhées aiguës, des malformations cérébrales. Par ailleurs, les identifications électroniques étaient non compatibles avec les exigences légales suisses.

L'Association suisse des vétérinaires cantonaux région ouest rappelle que, lors de l'achat d'un chiot, il est primordial de l'observer avec sa mère et de pouvoir visiter l'élevage. Cette

démarche garantit un achat sûr en matière de provenance, de santé et de socialisation du chiot. Par ailleurs, l'achat de chiens sur la voie publique est interdit. L'acheteur peut être aussi mis à l'amende.

Pour ces raisons, il est fortement déconseillé d'acheter sur un coup de tête un chiot lors d'un voyage ou de vacances à l'étranger. Les jeunes animaux âgés de moins de 3 mois non vaccinés, en provenance de l'Union européenne, ne peuvent être amenés en Suisse que s'ils accompagnent leur mère dont ils sont encore dépendants ou s'ils sont accompagnés d'un certificat vétérinaire attestant qu'ils ont été détenus sur leur lieu de naissance depuis le début de leur vie et qu'ils ne sont jamais entrés en contact avec des animaux sauvages qui auraient pu être exposés au virus de la rage. Les chiots enlevés à leur mère avant l'âge de 3 mois peuvent développer des troubles du comportement, notamment des attitudes agressives.

Ce que dit la loi

Depuis le 1er mai 2013, la Loi fédérale sur les épizooties interdit le colportage d’animaux. Cette mesure vise à pallier le commerce incontrôlé de chiots qui a augmenté ces dernières années et qui constitue un risque important d'introduire des maladies telles que la rage en Suisse.

Par ailleurs, les conditions d'importations commerciales et privées d'animaux de compagnie n'obéissent pas aux mêmes règles. En Suisse, le commerce d’animaux est soumis à autorisation cantonale. Par importation commerciale, on entend toute transaction qui a lieu dans un but lucratif. Ainsi, une personne qui transporte un chien (ou plusieurs) pour le revendre ou qui le transporte pour un tiers dans un but lucratif effectue une transaction commerciale.

De plus, l'importation d'animaux de compagnie en provenance de pays non indemnes de rage urbaine est interdite et conduit dans la plupart des cas à l'euthanasie de l'animal.

L’identification des chiens est obligatoire de même que leur enregistrement et la possession d’une pièce d’identité.

Vous êtes une victime?

Vous doutez de la provenance de votre chien? Vous pensez avoir été grugé par le vendeur de votre animal? Votre témoignage nous intéresse. Vous pouvez nous contacter via l'adresse e-mail: web@20minutes.ch.

Ton opinion