Dopage en Espagne: Un trafic de produits dopants démantelé
Actualisé

Dopage en EspagneUn trafic de produits dopants démantelé

La police espagnole a annoncé l'arrestation de dix personnes soupçonnées de trafic de produits dopants liés à des contrôles positifs effectués lors des JO de Pékin et du Tour d'Espagne 2010.

La police estime avoir démantelé ce réseau international mais n'exclut pas «d'autres arrestations», a indiqué mardi un porte-parole de la police catalane.

Parmi les personnes arrêtées à Madrid et Barcelone, de différentes nationalités, se trouve le cerveau présumé du réseau, un médecin colombien identifié comme Alberto B.N, «qui avait de nombreux contacts dans le sport de haut niveau» et des liens «avec de multiples cas de dopage dans différents pays», précise un communiqué de la police régionale.

Selon la police, le réseau démantelé était «directement impliqué dans les contrôles positifs de sportifs ayant participé aux jeux Olympiques de Pékin en 2008, au Tour du Portugal 2009, au Tour d'Espagne 2010 et au Championnat d'Espagne d'athlétisme 2010».

Un coup de filet avant les Jeux de Londres

La proximité des jeux Olympiques de Londres en août a notamment convaincu les policiers de mettre fin aux activités du réseau, profitant de la présence sur le sol espagnol du médecin colombien, qui a été interpellé le 5 mars, en possession de produits dopants, à l'aéroport de Madrid.

L'enquête avait démarré durant l'été 2011 avec la perquisition à Mataro, près de Barcelone, d'une boutique qui vendait des anabolisants à des sportifs et était «soupçonnée de liens avec le contrôle positif à l'EPO d'un athlète catalan lors des Championnats d'Espagne d'athlétisme 2010».

Une filière marocaine

Le magasin recevait de l'EPO Cera du Maroc par l'intermédiaire de deux personnes, dont un infirmier dans un centre de dialyse qui «est soupçonné d'avoir dérobé» de l'EPO dans cet établissement, selon la police.

Cette boutique, selon les enquêteurs, fournissait également de l'EPO Cera à deux frères marocains à Madrid, chez qui des cyclistes s'approvisionnaient en substances dopantes.

Lors de sept perquisitions, les policiers ont découvert «des hormones de croissance, de l'EPO Cera, des anabolisants, de l'Aicar et du TB-500».

Ton opinion