Actualisé 11.11.2008 à 09:20

Allemagne

Un transport de déchets nucléaires arrive à bon port

Un convoi de déchets nucléaires retraités en France est arrivé dans la nuit de lundi à mardi au centre de stockage de Gorleben, dans le nord de l'Allemagne.

Il a accumulé des dizaines d'heures de retard en raison de protestations de militants.

Le convoi parti vendredi soir de la Manche, dans l'ouest de la France, a atteint sa destination finale peu après minuit, a indiqué mardi la police allemande. Perturbé par la plus forte mobilisation anti-nucléaire organisée depuis des années, le trajet a duré environ 80 heures, contre 58 heures lors du précédent convoi il y a deux ans.

Des milliers de militants se sont mobilisés ce week-end pour protester contre ce convoi et pour gêner sa progression. Les manifestants ont organisé des sit-in, des blocages à l'aide de tracteurs, ils se sont enchaînés ou ont emprisonné leurs bras dans des blocs de béton.

Plusieurs blessés

Les manifestations et les barrages sur la voie ferrée ont donné lieu à des affrontements entre militants et policiers qui ont fait plusieurs blessés des deux côtés, selon la police. Environ 14 000 personnes ont participé samedi après-midi à une manifestation pacifique à Gorleben.

Quelque 16 000 policiers avaient été déployés sur tout le territoire allemand, dont 10 000 dans la région de Gorleben.

Le convoi transportait 123 tonnes de déchets hautement radioactifs issus de centrales allemandes retraités à l'usine de La Hague, dans l'ouest de la France.

Dans des mines désaffectées ?

Le ministre de l'Environnement de Basse-Saxe Hans-Heinrich Sander a exigé mardi la mise en place «concrète» d'une alternative au centre de stockage de Gorleben. «On piétine depuis dix ans», a-t- il estimé. L'une des pistes privilégiées est le stockage dans des mines de sel désaffectées.

Les sociaux-démocrates et les Verts allemands, lorsqu'ils gouvernaient sous le chancelier Gerhard Schröder, avaient conclu un accord sur l'abandon progressif du nucléaire d'ici 2020. Mais une partie de l'industrie et des conservateurs, au pouvoir dans la grande coalition actuelle avec les sociaux-démocrates cherchent à prolonger le fonctionnement des centrales.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!