Genève: Un tsunami de détritus fait des vagues

Actualisé

GenèveUn tsunami de détritus fait des vagues

Les poubelles débordent au Vengeron, un site prisé des familles. Acculé par les critiques, l'État augmente la cadence de ramassage.

par
Raphaël Leroy
La poubelle débordait le 23 juillet sans levée des ordures.

La poubelle débordait le 23 juillet sans levée des ordures.

Il aura fallu un post sur Facebook pour mettre le feu aux poudres. Présidente des Verts libéraux genevois, Sue Putallaz a publié mardi 23 juillet des photos peu ragoûtantes de la plage du Vengeron, à Pregny-Chambésy. On y voit un amas de sacs de détritus posé à côté d'une poubelle.

«Infect!», écrit celle qui vient d'amener sa progéniture au cours de voile. «C'est inadmissible que des enfants se baignent à côté des déchets, insiste l'écolo libérale. Quand il fait chaud, il est impératif de venir tous les jours lever les ordures.»

«C'est choquant»

Car avant cette date, l'État, propriétaire de la parcelle, n'envoyait pendant l'été que trois fois par semaine une société privée lever les poubelles sur cette plage familiale.

«C'est vrai que c'est choquant, lance le maire de Pregny-Chambésy Hubert Schneebli. Mais la situation s'est améliorée l'an dernier. Le Canton a accepté de passer cinq jours sur sept. Même si nous aurions préféré qu'il vienne quotidiennement comme nous le faisons dans notre commune.»

Un «effort nécessaire»

Quelle ne fut donc pas sa satisfaction de recevoir ce 23 juillet un courrier de l'État lui indiquant que «vu la fréquentation des derniers jours», le ramassage aura désormais lieu tous les jours jusqu'en septembre.

«C'est bien elle (ndlr: Sue Putallaz) qui nous a signalé le problème. Nous avons donc réagi en conséquence, affirme René Duvillard de l'Office des bâtiments. Nous avons de gros problèmes d'incivilités sur ce site. Il y a même des pendulaires qui y déposent leurs ordures pour éviter la taxe au sac. Nous avons donc jugé cet effort nécessaire, même s'il double nos coûts.»

Ton opinion