Parution: Un vagin couvert de fleurs à la une de «Playboy»

Publié

ParutionUn vagin couvert de fleurs à la une de «Playboy»

Le top belge Marisa Papen a décidé d'afficher son intimité en couverture du magazine masculin. D'abord, dit-elle, pour le sortir du strict contexte pornographique.

Le magazine a flouté une partie de la photo. Dommage selon le mannequin belge. 

Le magazine a flouté une partie de la photo. Dommage selon le mannequin belge. 

DR/ Playboy 

La version allemande de Playboy fête cette année ses 50 ans et a demandé à un certain nombre d'artistes d'imaginer une couverture originale. Une sort du lot: celle de la Belge Marisa Papen qui a décidé de mettre en scène... son vagin.

Connue pour poser nue dans de nombreux endroits du monde - elle a eu quelques soucis notamment à Jérusalem - la jeune femme de 30 ans qui vit aujourd'hui à Hawaï, a indiqué à nos confrères de RTL Niews qu'elle voulait «aller à l'épicentre de la féminité». «Le vagin est encore tabou mais s'il n'y avait pas de vagin, aucun de nous ne serait là», rappelle-t-elle. Elle a d'abord voulu exposer son vagin tel quel mais les avocats de Playboy lui ont fait comprendre que cela serait compliqué.

«Et si on couvrait ma fleur avec d'autres fleurs?»

La trentenaire a donc cherché une autre idée et l'a trouvée, avec son mari, lors d'une promenade sur la plage: «Et si on couvrait ma fleur avec d'autres fleurs?» Après des essais non concluants avec de vraies fleurs, le couple a décidé de travailler avec un animateur 3D et a déposé plus de 30 000 fleurs numériques sur le vagin de la Belge.

Encore trop osé pour le magazine qui a flouté une partie de la photo. Une manœuvre qu'elle regrette: «Très souvent, les femmes qui postent une photo nue sur Instagram censurent leurs tétons avec des fleurs et maintenant on censure un vagin avec 30’000 fleurs, ce n'est jamais assez…».

Elle indique avoir «une relation si naturelle avec [s]on corps [qu'elle a] du mal à voir que les gens trouveraient cela offensant. Et qu'ils n'en voient ni la beauté ni la poésie». Selon elle, «on ne voit le vagin que dans un contexte de pornographie et c'est dommage». Pour changer les choses, «vous devez le faire de l'intérieur, surtout dans un magazine masculin».

(mc)

Ton opinion

21 commentaires