France 2: Un Vaudois dans le jury de l'émission ONDAR
Actualisé

France 2Un Vaudois dans le jury de l'émission ONDAR

Grégoire Furrer, le fondateur du Montreux Comedy Festival, intégrera le jury d'«On n'demande qu'à en rire» (ONDAR) à partir de lundi sur France 2.

par
Mathilde Jarry
Le quadragénaire ne devrait pas être un juge trop sévère.

Le quadragénaire ne devrait pas être un juge trop sévère.

L'émission d'humour revient sous une nouvelle forme, animée par Bruno Guillon. Côté jury, on découvrira l'humoriste Stéphanie Bataille, le directeur de la radio Rire&Chansons, Laurent Thibault, la metteure en scène Marie-Pascale Osterrieth, et le Suisse Grégoire Furrer, 46 ans.

Comment avez-vous débarqué dans «ONDAR»?

C'est la société de production de l'émission qui me l'a proposé. Ils souhaitaient constituer un jury avec davantage de pros de l'humour. Le Montreux Comedy festival ayant une belle visibilité internationale, ils ont pensé à moi.

La proposition vous a-t-elle tout de suite séduit?

Je me suis dit que ce serait amusant. Cela va aussi me permettre de lancer la 25e édition du festival de cette année, et de découvrir des artistes susceptibles de se produire ensuite sur scène chez nous.

Quels seront vos critères de notation?

Je suis très ouvert et très curieux. Ce que je veux, c'est être surpris. Je serai plus bienveillant avec ceux qui amèneront quelque chose d'original, même si ce n'est pas hilarant. Ce qui compte vraiment pour moi, que ce soit avec du burlesque, de l'humour noir ou du stand-up, c'est ce qu'il y a derrière. L'univers de l'artiste est important.

On a vu peu de Suisses dans les saisons précédentes...

Je pense que la Suisse a une telle densité culturelle que les humoristes sont trop gâtés! Ils ont moins besoin d'aller se confronter à la grande mare aux canards, à Paris.

Allez-vous en pousser certains à tenter leur chance?

Oui, j'ai donné quelques noms à Catherine Barma. Les artistes doivent se confronter aux meilleurs, même si cela ne marche pas. On en ressort plus fort. C'est comme un sportif qui serait champion dans son pays, mais qui n'irait pas faire de compètes internationales. Il faut avoir la rage, car c'est un métier difficile!

La première émission de «ONDAR» sera diffusée le lundi 7 avril à 17h45.

Ton opinion