Buzz: Un Vaudois qui fait rire en 15 secondes sur Facebook
Actualisé

BuzzUn Vaudois qui fait rire en 15 secondes sur Facebook

Les courtes vidéos humoristiques de Yoann Provenzano, 21 ans, ont séduit plus de 50'000 fans sur le réseau social.

par
Michel Annese
Le comique du web Yoann Provenzano, 21 ans, explique avoir toujours été «le rigolo de la classe». (Photo: dr)

Le comique du web Yoann Provenzano, 21 ans, explique avoir toujours été «le rigolo de la classe». (Photo: dr)

Les séquences de 15 secondes que Yoann Provenzano, 21 ans, distille sur Facebook depuis six mois ont fait mouche. Surtout auprès des 13-18 ans. Ce Vaudois vient en effet de passer le cap des 50'000 fans sur le réseau social. «C'est énorme! Je ne pensais pas. Savoir qu'on partage le même humour avec tant de personnes c'est quelque part rassurant», commente-t-il avec le sourire.

Actuellement en service civil dans un EMS lausannois, avant de commencer des études de Lettres, le comique a déjà 60 vidéos à son actif. De André Delacrottaz et son accent vaudois à couper au couteau, au Suisse allemand, en passant par l'Albanais, le Français ou l'Espagnol, Yoann campe toute une série de personnages. Pas peur de froisser certaines communautés? «Je fais très attention, parce que je joue avec les clichés. Mais je ne vise pas la limite», dit-il.

Comme les français Norman ou Cyprien, il poste ses vidéos depuis son salon. Mais ses modèles sont plutôt Gad Elmaleh, la série tv d'animation américaine «Family Guy» ou un autre Vaudois, le regretté François Silvant auquel il s'identifie le plus.

La scène: une possibilité

Sa recette miracle pour faire rire, il n'en a pas vraiment: «Ce qui est important c'est le rythme, la dynamique et une bonne chute», explique-t-il. Quant à monter sur scène, le jeune homme se «tâte», car il sait qu'il faudra offrir quelque chose de similaire aux vidéos mais différent. C'est toutefois une expérience qu'il connaît déjà: en 2012, il est arrivé deuxième au concours Banane Comedy Club et a fait partie du Swiss Comedy Club pendant une année.

Parmi les retours positifs qui l'ont le plus marqué, il se rappelle d'un message envoyé par une jeune fille: «Elle m'a expliqué que mon personnage espagnol avait rendu le sourire à son père aussi d'origine espagnole qui venait de divorcer. Ça m'a touché. L'humour a cette force de pouvoir faire oublier les problèmes de la vie pendant un instant», conclut Yoann Provenzano.

Petit florilège:

Ton opinion