Actualisé 03.09.2019 à 19:22

FootballUn vent de folie souffle sur le championnat portugais

Après quatre journées, Famalicao mène le bal de la «Primeira Liga». Eclairage sur un néo-promu qui bluffe le monde du ballon rond.

de
Sport-Center
Les joueurs de Famalicao impressionnent depuis le début de la saison.

Les joueurs de Famalicao impressionnent depuis le début de la saison.

AFP

La «Primeira Liga» regorge d'équipes prestigieuses qui, au gré des époques, ont marqué l'histoire du football européen. On pense évidemment et en priorité au Benfica de Lisbonne (de l'attaquant suisse Haris Seferovic), au FC Porto ou - dans une moindre mesure - au Sporting du Portugal.

Après quatre journées de championnat, c'est pourtant le monde à l'envers. Les Benfica et autre Porto sont éclipsés par un adversaire au budget infiniment moins conséquent, le néo-promu Famalicao, ni plus ni moins que leader avec dix points pour un bilan provisoire de trois victoires et un nul. Fou! Un éclairage s'impose...

Propriété d'un philanthrope israélien

Issu d'une ville de 130'000 habitants située dans le nord-ouest du pays, le FC Famalicao ne compte aucune star dans son effectif, mais pas moins de... onze internationaux juniors. Essentiellement portugais, mais aussi brésiliens, espagnols ou maliens. C'est dire si Joao Pedro Sousa, l'entraîneur de 48 ans né en Angola (une ancienne colonie portugaise), dirige une formation de gamins!

Plus croustillant encore, le club appartient à Idan Ofer, un magnat des affaires et philanthrope israélien de 64 ans qui s'intéresse particulièrement à la navigation, au forage et à l'exploitation minière. Il est notamment le fondateur de Tanker Pacific et le principal actionnaire du groupe Quantum Pacific, une société de portefeuille. La fortune personnelle de ce père de 5 enfants est estimée, cette année, à 4,7 milliards de dollars (source: Wikipédia).

L'heure de vérité

Fondé en 1931, le FC Famalicao - qui arbore le bleu et le blanc comme couleurs à domicile - avait déjà évolué en première division durant six ans, la dernière fois lors de la saison 1993-1994. A la fois moderne et bucolique, son stade - l'Estadio Municipal 22 de Junho - peut contenir 15'000 spectateurs. Il vient de bénéficier de travaux de rénovation pour environ 10 millions de francs et répond désormais parfaitement aux normes et contraintes du foot professionnel lusitanien.

Après la trêve internationale, le néo-promu devrait continuer à occuper l'avant-scène en recevant le FC Pacos Ferreira le 15 septembre. Suivra l'heure de vérité... Lors de ses deux prochains déplacements, l'équipe de Joao Pedro Sousa rendra visite au Sporting du Portugal et au FC Porto. Le vent de folie qui souffle actuellement sur le championnat portugais devrait logiquement s'estomper.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!