Procès de Ghislaine Maxwell – Un verdict embarrassant pour le prince Andrew

Publié

Procès de Ghislaine MaxwellUn verdict embarrassant pour le prince Andrew

Reconnue coupable d’avoir fourni des mineures à son ancien compagnon afin qu’il en abuse sexuellement, Ghislaine Maxwell était également très proche du fils de la reine Elisabeth II. Ce dernier fait l’objet d’une procédure séparée.

Ghislaine Maxwell, lors de son procès et le prince Andrew. 

Ghislaine Maxwell, lors de son procès et le prince Andrew.

AFP

Le verdict de culpabilité de l’ancienne mondaine britannique Ghislaine Maxwell pour trafic de jeunes filles mineures au bénéfice de Jeffrey Epstein tombe au plus mal pour leur ami le prince Andrew, lui-même visé par des accusations d’abus sexuels.

Mais quels liens unissaient ces trois personnes? C’est par l’intermédiaire de Ghislaine Maxwell, une amie de longue date et fille du magnat britannique des médias Robert Maxwell, qu’Andrew a fait la connaissance en 1999 de l’ex-financier Jeffrey Epstein, dont elle a été la compagne.

Le deuxième fils de la reine Elisabeth II a expliqué l’avoir vu par la suite de «manière irrégulière et probablement pas plus d’une fois ou deux par an», indiquant également avoir séjourné dans «plusieurs de ses résidences».

Maxwell à Balmoral

Largement diffusées dans les médias, des photos attestent de leurs liens. Elles montrent notamment le financier déchu, Ghislaine Maxwell et le prince participant ensemble à une partie de chasse au domaine royal de Sandringham (est de l’Angleterre) en 2000. Epstein et Maxwell ont aussi été photographiés à la fête des 18 ans de la princesse Beatrice, fille aînée d’Andrew, en 2006.

Sur un autre cliché, montré au procès de Ghislaine Maxwell à New York, on voit l’ancienne mondaine assise avec Epstein – qui s’est depuis suicidé en prison – sur le porche d’un chalet en bois de la résidence royale privée de Balmoral, en Écosse.

Poursuivi au civil à New York

Le prince Andrew a dit regretter d’avoir revu Epstein après la sortie de prison en 2010 de l’Américain, comme l’atteste une autre photo. Ce dernier avait été condamné en 2008 pour avoir conduit des jeunes filles à se prostituer en Floride. Mais l’objet de la visite d’Andrew était, a-t-il dit, de couper les ponts.

Le prince Andrew est poursuivi au civil à New York pour abus sexuels par une victime du milliardaire américain, Virginia Giuffre, des faits qu’il a toujours contestés. Lui et son accusatrice n’étaient pas parties au procès de Ghislaine Maxwell.

Le prince est accusé dans la plainte d’avoir «agressé sexuellement» Virginia Giuffre, alors mineure, il y a plus de 20 ans, à trois reprises: à Londres chez Ghislaine Maxwell, et dans les propriétés de l’homme d’affaires à New York et dans les îles Vierges.

Entre Bill Clinton et Donald Trump

Une photo très médiatisée montre le prince et la jeune fille se tenant mutuellement par la taille, avec Ghislaine Maxwell à l’arrière-plan.

Un pilote qui travaillait pour Epstein a aussi témoigné au procès avoir transporté des célébrités comme le prince Andrew, Donald Trump et Bill Clinton dans un avion du milliardaire.

Contraint de se retirer

Âgé de 61 ans, le prince Andrew a toujours «catégoriquement» démenti de telles accusations et a émis des doutes sur l’authenticité de cette photo.

Il a tenté de se défendre dans une interview jugée calamiteuse à la BBC en novembre 2019, où il n’a pas exprimé un seul regret pour son amitié avec Epstein, ni la moindre empathie pour les victimes de celui-ci.

Malgré ses dénégations, sa fréquentation de l’homme d’affaires américain l’avait plongé dans la tourmente et contraint à se retirer de la vie publique.

Coupable par association?

Le verdict de culpabilité de Ghislaine Maxwell tombe au plus mal pour le prince Andrew, même si son affaire, qui suit son cours devant la justice américaine, fait l’objet d’une procédure séparée.

Le Daily Telegraph estime ainsi qu’il donne de l’eau au moulin aux dires de son accusatrice, alimentant les craintes qu’il puisse être considéré «coupable par association».

«Il faut qu’ils rendent des comptes»

Virginia Giuffre

Sur le plan judiciaire, rien de change pour le prince, neuvième dans l’ordre de succession au trône britannique.

Mais «d’un autre côté, dans une certaine mesure, tout a changé, certainement en ce qui concerne la perception du public», a estimé Jonny Dymond, correspondant royal de la BBC à la radio: «C’était Ghislaine Maxwell qui était (son) amie pour tant d’années» et qui apparaît «sur tant de photos» avec lui.

Saluant le verdict sur Twitter, Virginia Giuffre a rappelé «avoir vécu l’horreur des agressions de Maxwell» et a dit espérer que d’autres que Maxwell «rendent des comptes».

(AFP)

Ton opinion

6 commentaires