Publié

Accusation de racismeUn vice-président de Versace contrôlé par la police devant sa boutique

Salehe Bembury, vice-président des baskets et des chaussures pour hommes de la marque de mode, affirme avoir été victime de profilage racial de la part de la police de Beverly Hills, à Los Angeles. Il a été contrôlé alors qu’il ne faisait que traverser la rue.

par
Loïck Mauroux

Jeudi dernier, le créateur de la marque Versace Salehe Bembury sortait d’un magasin de la marque lorsque deux agents de police l’ont arrêté afin de contrôler son identité. Sac Versace à la main, smartphone dans l’autre, le vice-président de la ligne de chaussures Versace a publié la scène sur Instagram. «Je suis donc à Beverly Hills en ce moment et je me fais fouiller pour avoir fait du shopping dans le magasin pour lequel je travaille et pour être Noir», a déclaré le designer qui a filmé la scène dont il a été victime.

Le département de police de Beverly Hills a déclaré que Bembury avait été arrêté simplement pour avoir traversé en dehors des clous alors qu’il marchait près de Camden Drive et Wilshire Boulevard, selon NBC Los Angeles. La scène a également été enregistrée par les bodycams des agents puis diffusée par le département de police. On y voit Bembury marcher en dehors du passage piéton alors que l’officier lui demande: «Pourquoi avez-vous fait ça ? Je veux juste m’assurer que vous n’avez pas d’armes très rapidement.»

«C’est moi qui ai créé ces chaussures»

Un agent demande au créateur d’écarter les jambes durant le contrôle: «Je ne voudrais pas salir vos belles chaussures.» «C’est malheureux parce que c’est moi qui ai créé ces chaussures et maintenant je me fais arrêter, rétorque Bembury. Je suis mal à l’aise. Je suis nerveux, vous comprenez le climat dans lequel nous sommes.» Le designer clame ensuite qu’il a été contrôlé uniquement parce qu’il est Noir, ce à quoi le policier rétorque immédiatement qu’il n’avait pas à traverser hors des clous. «Les gars, je suis de New York, je suis habitué à traverser à côté du passage piéton. Je suis désolé», s’excuse le créateur avant de repartir à pied.

La séquence a été postée sur le compte Instagram du designer avec la mention «Peur». Il a fait réagir Donatella Versace, directrice artistique de la compagnie de mode italienne, qui a condamné l’incident: «Je suis consternée que cela soit arrivé à Salehe Bembury aujourd’hui. Il est consultant chez Versace depuis longtemps, a écrit Versace. Il a été arrêté dans la rue uniquement à cause de la couleur de sa peau. Restez forts @salehebembury. Je vous envoie mon amour et mon soutien.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!