Espagne: Un village choisit la drogue pour sortir de la crise
Actualisé

EspagneUn village choisit la drogue pour sortir de la crise

A la recherche de fonds pour renflouer les caisses du petit village catalan de Rasquera, ses habitants ont voté mardi, lors d'un référendum original, en faveur du «projet anti-crise» controversé du maire de plantations de cannabis sur leur territoire.

Le village catalan de Rasquera a accepté la plantation de cannabis pour pallier la crise.

Le village catalan de Rasquera a accepté la plantation de cannabis pour pallier la crise.

Au total, 308 habitants sur les 804 majeurs de ce village du nord-est de l'Espagne ont dit «oui», soit 56,3% des votants, contre 43,7% de non (239), un score très éloigné de la barre des 75% fixée par l'édile Bernat Pellisa.

Mais le maire qui avait menacé de démissionner avec toute son équipe s'il n'obtenait pas ce score a remis sa décision à plus tard, estimant que cela relèverait de l'«irresponsabilité» de se prononcer dans la précipitation.

«Ce 57/43 est un résultat magnifique même s'il a baissé dans les dernières semaines», a-t-il estimé devant les caméras de chaînes de télévision espagnoles et internationales.

Décisions mercredi

«Demain matin, nous prendrons des décisions après avoir digéré les résultats», a-t-il ajouté, soulignant que «les gens avaient désormais une opportunité de sortir de la crise».

«Je ne vais pas démissionner ni ce soir, ni demain», a-t-il toutefois ajouté, estimant qu'il fallait «faire les choses dans l'ordre et le calme».

Les habitants étaient appelés à répondre à une question simple: «Etes-vous d'accord avec le plan anti-crise approuvé par la mairie de Rasquera le 29 février?».

Un projet des indépendantistes

Le «plan anti-crise», c'est un projet de la municipalité, dirigée par les indépendantistes catalans d'Esquerra Republicana de Catalunya, de louer sept hectares de terres à l'Association barcelonaise de consommation privée de cannabis (ABCDA), un groupement de fumeurs de haschisch, afin qu'elle puisse y cultiver du chanvre indien pour ses 5000 membres.

Rasquera, une localité qui vit principalement de la culture de la vigne et des oliviers, lourdement endettée comme de nombreuses communes espagnoles, avait imaginé cette solution inattendue pour faire face à sa dette de 1,3 million d'euros.

La consommation privée de drogue n'est pas un délit en Espagne, alors que sa vente l'est.

Village divisé

Le projet de recouvrir les champs alentours de plans de cannabis, combattu par l'opposition municipale menée par la coalition nationaliste CiU, avait divisé le village, au point que le conseil municipal avait fini par organiser ce référendum et à mettre sa démission dans la balance.

Très sérieusement, la municipalité prévoit de créer 40 emplois, directs ou indirects, grâce à ces plantations de cannabis et a défendu son projet en expliquant que le prix de location des terres devrait être multiplié par plus de dix par rapport aux baux normaux.

La commune «a beaucoup de difficultés avec la crise. Maintenant, on nous demande de rembourser les dettes à un rythme impossible pour un petit village», avait plaidé Josep Maria Insausti, conseiller municipal de la commune, en présentant le projet. (afp)

Ton opinion