05.10.2020 à 10:46

OcéanieUn village néo-zélandais dévasté par un feu de forêt

Les vents changeants compliquent la lutte contre les flammes qui ont déjà brûlé 4600 hectares. Toutes les maisons sont détruites.

1 / 2
Lake Ohau, Nouvelle-Zélande, 5 octobre 2020.

Lake Ohau, Nouvelle-Zélande, 5 octobre 2020.

AFP
Lake Ohau, Nouvelle-Zélande, 5 octobre 2020.

Lake Ohau, Nouvelle-Zélande, 5 octobre 2020.

AFP

Une cinquantaine d’habitations ont été détruites dans un feu de forêt en Nouvelle-Zélande, ont annoncé lundi les autorités, jugeant miraculeux que le mur de flammes qui s’est abattu sur un village isolé de l’île du Sud n’ait fait aucune victime.

Le feu a pris tôt dimanche dans les montagnes surplombant la localité de Lake Ohau et, attisé par des vents violents, a dévalé jusqu’à ce village, provoquant la fuite des habitants.

Les services des pompiers ont expliqué que les vents changeants compliquaient la lutte contre les flammes qui, lundi après-midi, avaient brûlé 4600 hectares.

Le chef du district de Waitaki Gary Kircher a indiqué que le village de Lake Ohau était dévasté.

«Nous pensons que sur les 60 ou 70 maisons, la majorité est détruite», a-t-il dit sur Radio New Zealand.

«La vérité, c’est que c’est un petit miracle que personne n’ait été blessé», a-t-il poursuivi. «Quinze, vingt minutes de plus et les choses n’auraient pas été les mêmes.»

«J’ai parlé avec un homme qui s’est levé pour aller voir son chien (qui aboyait) à l’aube, il a ouvert sa porte et a vu ce mur orange», a-t-il ajouté.

«C’est lui qui a déclenché l’alarme incendie et aidé à réveiller les gens.»

Force irréelle

Les incendies sont relativement communs dans l’île du Sud à cette période de l’année mais la taille et l’intensité de celui-ci sont inhabituelles.

Hugh Spiers, un habitant du village qui a perdu sa maison, a qualifié d’»irréelle» la force de l’incendie, faisant un parallèle avec les brasiers que l'on voit chaque année en Australie.

«Le vent était tellement fort et les flammes, la fumée, les flammèches, les escarbilles... C’était comme ce que l’on voit lors des feux de forêt en Australie», a-t-il dit.

Lundi après-midi, la tête du feu s’était suffisamment éloignée du village pour permettre le retour des habitants qui ont découvert horrifiés l’étendue des dégâts.

«L’expression que j’ai entendue était celle d’une zone de guerre», a déclaré le ministre de la protection civile Peeni Henare qui a accompagné les habitants dans leur village.

Onze hélicoptères et huit compagnies de pompiers ont été mobilisés pour contenir les flammes, ont signalé les services des pompiers.

De faibles précipitations sont prévues dans les 24 prochaines heures, laissant espérer que le feu soit circonscrit mardi soir.

La Nouvelle-Zélande vient de connaître un hiver austral considéré comme l’un des plus chauds de son histoire.

(AFP/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!