Actualisé 08.05.2008 à 20:53

Un violeur d'enfants coincé avec l'aide des internautes

La traque publique au pédophile
a porté ses fruits. Un suspect de 57 ans a été arrêté aux Etats-Unis.

Interpol avait diffusé mardi son portrait sur Internet et lancé un avis de recherche international. Le résultat ne s'est pas fait attendre: le pédophile, âgé de 57 ans, a été arrêté mercredi à son domicile d'Union City dans l'Etat du New Jersey. Il a reconnu les faits qui lui sont reprochés, a indiqué hier Interpol. L'arrestation a été rendue possible grâce à trois particuliers vivant aux Etats-Unis, qui ont transmis des informations via internet au siège d'Interpol à Lyon.

L'homme est soupçonné d'avoir abusé de trois garçons âgés de 6 à 10 ans, d'avril 2000 à mai 2001 en Asie du Sud-Est, et d'avoir diffusé par courrier électronique des photos le mettant en scène avec eux. L'affaire avait débuté en mars 2006 avec la saisie, chez un Norvégien, de photos pédophiles où le suspect apparaissait. Le site d'Interpol a attiré presque 250 000 visites dans les premières vingt-quatre heures qui ont suivi le lancement de l'avis de recherche international.

C'est la deuxième fois qu'Interpol fait appel au public pour identifier un pédophile, après le succès de l'opération «Vico», un Canadien arrêté en octobre 2007 en Thaïlande.

(phf/ats) (ap)

Faut-il ficher les noms?

Une liste de pédophiles condamnés accessible au public? La conseillère nationale UDC zurichoise Natalie Rickli estime que les parents ou les écoles devraient pouvoir obtenir librement et gratuitement des informations (nom, domicile, physionomie) sur les pédophiles résidant dans le voisinage. Le Conseil fédéral n’en veut pas: «Les banques de données de ce genre donnent un faux sentiment de sécurité.» La diffusion de ces informations pourrait attiser les peurs de la population et rende la vie impossible aux délinquants sexuels qui ont purgé leur peine. Une personne condamnée ne représente pas un plus grand danger si elle vit dans le voisinage que si elle se trouve à 30 kilomètres, estime le Conseil fédéral.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!