Un violeur en série reconnaît seize agressions
Actualisé

Un violeur en série reconnaît seize agressions

Un ingénieur informaticien grenoblois, marié et père de trois enfants, a reconnu 16 viols ou tentatives de viols lors de sa garde à vue à l'issue de laquelle il a été mis en examen vendredi soir et écroué.

Mis en examen pour «viols aggravés sous la menace d'une arme, tentatives de viols aggravés, agressions aggravées et tentatives d'agressions», l'homme, âgé d'une trentaine d'années, qui aurait sévi durant près de trois ans, entre janvier 2005 et novembre 2007, dans l'agglomération grenobloise, est également soupçonné de deux autres viols commis sur des jeunes femmes, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

Interpellé une première fois en 1998 pour «exhibitionnisme», cet ingénieur a été confondu par une empreinte digitale partielle retrouvée sur une faïence de la salle de bains de sa dernière victime présumée, agressée lundi dans son studio. Grâce au fichier des empreintes digitales, les policiers ont rapidement identifié un suspect qui était placé en garde à vue dès mercredi. Une perquisition permettait de retrouver dans son véhicule une cagoule et une arme factice utilisées pour menacer les victimes.

Des prélèvements d'ADN effectués lors de la garde à vue ont permis d'attribuer à l'homme 11 viols ou agressions sexuelles commis ces derniers mois dans l'agglomération. Mais il a avoué au total 16 viols et agressions sexuelles. La plupart des victimes avaient été agressées chez elles ou à proximité de leur domicile.

«Cet homme est tout sauf un marginal, il avait une très bonne situation professionnelle et semblait parfaitement intégré», a déclaré Luc Fontaine, le vice-procureur du TGI de Grenoble. (ap)

Ton opinion