Visa humanitaire demandé pour Solomon Arkisso
Actualisé

Grand Conseil (VD)Un visa humanitaire est demandé pour Solomon Arkisso

À l’initiative du député Hadrien Buclin, les députés demandent au Conseil d’État d’intervenir auprès de la Confédération en faveur d’un homme renvoyé de force en Éthiopie.

par
Samantha Medley
Le Gouvernement vaudois est appelé à intervenir en faveur d’un ressortissant éthiopien renvoyé dans son pays.

Le Gouvernement vaudois est appelé à intervenir en faveur d’un ressortissant éthiopien renvoyé dans son pays.

Getty images photo d’illustration

Les députés vaudois ont fait preuve d’humanité mardi après-midi. Par 72 oui contre 63 non et 5 abstentions, ils ont accepté une résolution demandant un permis humanitaire pour l’Éthiopien d’Yverdon Solomon Arkisso en danger après son renvoi forcé de Suisse en janvier dernier. Le texte déposé par l’élu d’Ensemble à Gauche Hadrien Buclin invite ainsi le Conseil d’État à intervenir auprès de la Confédération pour obtenir d’urgence un visa humanitaire pour le ressortissant éthiopien. Le quadragénaire, qui est arrivé en Suisse en 2013 comme requérant d’asile, ne serait «pas en sécurité» dans son pays d’origine, selon différentes organisations d’aide aux migrants.

«Je m’engage à lui fournir une place d’apprentissage»

Hadrien Buclin a présenté Solomon Arkisso comme un exemple d’intégration, en mettant en avant ses divers engagements dans la vie sociale du canton: sa participation active aux clubs de football CS Chavannes et au FC Morges, son travail assidu d’agent d’entretien des foyers de l’EVAM, sa mise sur pied d’un atelier de construction et de réparation de vélos électriques avec du matériel recyclé, son apprentissage rapide du français.

Parmi les députés qui ont signé la résolution, il y a le PLR Guy Gaudard. Devant le plénum, ce patron d’une PME lausannoise qui forme notamment des migrants a déclaré que ces derniers «ne sont pas venus en Suisse pour profiter du système». Sensible aux questions de migration, il a lâché: «Je m’engage à fournir une place d’apprentissage à Solomon.»

Peu de chances

La décision des députés vaudois rejoint celle du Grand Conseil genevois qui s’est engagé fin mai en faveur de Tahir Tilmo, un ressortissant éthiopien expulsé de Genève le même jour que Solomon. Avant le vote, le conseiller d’État Philippe Leuba a pourtant prévenu le Parlement sur les chances de succès de cette initiative cantonale: «Un visa humanitaire ne peut être demandé que par la personne en question auprès de l’ambassade. Aucun titre de séjour ne peut être délivré par un Canton.» «Toutes les demandes ont été rejetées par le Secrétariat aux migrations», a ajouté le chef du Département de l'économie, de l’innovation et du sport.

Ton opinion