Actualisé

Un viticulteur genevois en grève de la faim

Willy Cretegny va entamer lundi une grève de la faim. Il s'insurge contre le projet «politique agricole 2011» de la Confédération.

Ce projet va conduire à une industrialisation de l'agriculture, estime le viticulteur de Satigny (GE). Ce dernier dénonce la libéralisation toujours plus poussée du secteur agricole qui fait disparaître les petites exploitations au profit des grosses structures.

La libéralisation de l'agriculture a aussi des effets sur l'environnement, relève M. Cretegny. Des marchandises qui pourraient être produites en Suisse sont aujourd'hui importées de Chine ou du Kenya, conduisant à la multiplication des transports et de la pollution.

Pas de logique

La Suisse impose par ailleurs à ses paysans des normes très sévères en matière d'environnement et de protection des animaux. Mais elle n'hésite pas d'un autre côté à importer par exemple des poulets élevés en batterie. «On ne protège pas nos choix», déplore le viticulteur.

M. Cretegny espère que son action fera réfléchir le parlement fédéral. «J'aimerais qu'il corrige le projet de politique agricole 2011 et que les députés tiennent comptent des exigences d'organisations agricoles comme Bio Suisse ou Uniterre».

Soutien d'Uniterre

Le viticulteur genevois doit être lundi devant le Palais fédéral pour annoncer sa grève de la faim. Il espère que d'autres personnes se joindront à lui.

Dans un communiqué diffusé samedi, le syndicat Uniterre a apporté son soutien au gréviste de la faim, disant «partager largement» ses motivations. Mercredi dernier, Uniterre et la coopérative Longo maï avaient déposé à Berne une pétition munie de 37 500 signatures dénonçant la politique agricole 2011, intitulée «Halte à l'exode rural». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!