Actualisé 20.05.2016 à 04:39

Paris - Le Caire

Un vol disparaît des radars avec 66 personnes à bord

Un avion d'Egyptair reliant Paris au Caire avec 66 personnes à bord a disparu des écrans radars dans la nuit de mercredi à jeudi. La Grèce participe aux recherches en mer.

1 / 58
L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)

L'hypothèse selon laquelle l'emballement thermique d'un iPhone ou d'un iPad aurait causé un incendie dans le cockpit de l'avion Egyptair qui s'est écrasé en mai 2016 est improbable, selon des experts. (Dimanche 19 mai 2019)

Keystone
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses français a annoncé privilégier l'hypothèse d'un incendie dans le poste de pilotage de l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé en mer en mai 2016, faisant 66 morts. (Vendredi 6 juillet 2018)

Keystone
L'Egypte va commencer à rendre les restes des corps des victimes du crash du MS804 d'EgyptAir. L'appareil avait disparu des radars le 19 mai. (Samedi 31 décembre 2016)

L'Egypte va commencer à rendre les restes des corps des victimes du crash du MS804 d'EgyptAir. L'appareil avait disparu des radars le 19 mai. (Samedi 31 décembre 2016)

kein Anbieter

Un avion d'Egyptair reliant Paris au Caire avec 66 personnes à bord, dont 30 Egyptiens et 15 Français, s'est abîmé jeudi en Méditerranée après avoir disparu des écrans radars pour une raison encore inconnue.

Accident ou attentat? Rien de tangible ne permet de le déterminer pour l'heure mais aucun message de détresse n'a été émis par l'équipage de l'Airbus A320, selon l'armée égyptienne et l'aviation civile grecque, ce qui laisse supposer qu'un événement soudain est survenu.

Aucune hypothèse privilégiée

«Aucune hypothèse n'est écartée, aucune n'est privilégiée», a déclaré le président français François Hollande, en évoquant un «accident» ou un possible acte «terroriste». Le parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance confiée à la gendarmerie, le vol ayant décollé de Paris.

L'appareil est tombé au large de l'île grecque de Karpathos, entre Rhodes et la Crète, «alors qu'il se trouvait dans l'espace aérien égyptien», a affirmé à l'AFP une source de l'aviation civile grecque. Après avoir brutalement chuté en effectuant de brusques virages, il a disparu des radars grecs «vers 00h29 GMT (03h29 locales)», a-t-elle ajouté.

L'appareil transportait 56 passagers, dont un petit garçon et deux bébés, ainsi que sept membres d'équipage et trois officiers de sécurité, selon la compagnie nationale égyptienne. Trente Egyptiens, 15 Français, un Britannique, un Canadien, un Belge, un Portugais, un Algérien, un Soudanais, un Tchadien, deux Irakiens, un Saoudien et un Koweïtien se trouvaient à bord.

Des virages

Le pilote n'avait signalé «aucun problème» aux contrôleurs aériens grecs lors de sa dernière conversation «à peu près 00h05 GMT», selon l'aviation civile grecque. Il était même «de bonne humeur et a remercié ses interlocuteurs en grec», son chef Constantin Litzerakos.

L'Airbus avait décollé de l'aéroport français de Roissy-Charles de Gaulle près de Paris peu après 23heures (21heures GMT) et devait atterrir au Caire à 03h05 (01h05 GMT).

A 00h37 GMT, l'avion, qui se trouvait à une altitude de 37.000 pieds (plus de 11.200 m), «a effectué un virage de 90 degrés à gauche puis de 360 degrés à droite en chutant de 37.000 à 15.000 pieds» avant de disparaître des radars, a indiqué le ministre grec de la Défense, Panos Kammenos.

Des médias grecs ont indiqué qu'un bateau naviguant dans la zone aurait vu une boule de feu dans le ciel, une information qui n'a pas été confirmée officiellement.

Un «message de détresse»?

Des informations contradictoires ont par ailleurs été données au Caire sur l'envoi d'un appel d'urgence par l'équipage. L'armée a finalement affirmé qu'aucun «message de détresse» n'avait été reçu, infirmant ainsi une information d'EgyptAir.

«Si l'équipage n'a pas envoyé de message d'alerte, c'est que l'événement a été très, très brutal», a expliqué Jean-Paul Troadec, ancien directeur du Bureau d'Enquêtes et Analyses (BEA) en France. «Un problème technique d'habitude, un incendie, un problème de panne moteur ne produit pas l'accident instantanément et l'équipage a le temps de réagir. Là l'équipage n'a rien dit, n'a pas réagi, donc il s'agit très probablement d'un événement brutal et on peut penser effectivement à un attentat», a-t-il ajouté sur la radio Europe 1.

L'Airbus A320 était passé mercredi par l'Erythrée, l'Egypte et la Tunisie, selon le site internet FlightRadar24.

A l'aéroport du Caire, les proches des passagers ont été confinés très tôt dans une salle isolée et la police interdisait l'accès à la presse. Ceux qui en sortaient étaient assaillis par une foule de journalistes. Quittant le bâtiment en larmes, une femme à lancé à un photographe: «Pourquoi tu me prends en photo? Mon frère est mort et tu me prends en photo?»

«J'ai quatre proches dans l'avion, on a aucune information. Le directeur-adjoint d'EgyptAir nous a organisé une conférence pour nous dire qu'ils n'ont aucune information si ce n'est que l'avion a disparu», lâche un homme.

Un contexte difficile en Egypte

François Hollande s'est entretenu en début de matinée avec son homologue égyptien Abdel Fatah al-Sissi, évoquant une «coopération étroite pour établir le plus vite possible les circonstances de cette disparition», selon Paris.

Cette disparition intervient dans un contexte difficile en Egypte, un peu plus de six mois après l'explosion, le 31 octobre, d'une bombe à bord d'un Airbus A321 transportant des touristes russes peu après son décollage de la station balnéaire de Charm el-Cheikh, dans le sud-est de l'Egypte, tuant ses 224 occupants.

L'attentat a été revendiqué par la branche égyptienne du groupe djihadiste, Etat islamique (EI), qui multiplie en Egypte attentats et attaques, visant principalement les forces de sécurité et plus rarement les intérêts étrangers. Cette situation a contribué à faire chuter la fréquentation touristique, un secteur clé de l'économie du pays.

Et, le 29 mars, un pirate de l'air «psychologiquement instable» avait détourné vers Chypre un avion EgyptAir qui avait décollé d'Alexandrie et transportait 55 passagers. A l'arrivée à l'aéroport chypriote de Larnaca, l'homme avait libéré une grande partie des passagers, puis s'était rendu sans heurts au bout de six heures de négociations.

(nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!