Zurich: Un voleur d'ordinateur mis au pilori
Actualisé

ZurichUn voleur d'ordinateur mis au pilori

A l'aide d'un logiciel de piratage, un Zurichois a filmé les voleurs de son ordinateur portable et menace de publier leurs visages sur Youtube.

par
ofu
Le compte à rebours se touchera à sa fin samedi prochain.

Le compte à rebours se touchera à sa fin samedi prochain.

Lors d'un séjour à Bilbao (E), Martin Egli, un architecte d'intérieur et professeur zurichois, s'est fait piquer ses deux ordinateurs portables dans son camping car. En constatant les faits, le Zurichois s'est immédiatement rendu au poste de police pour porter plainte contre X. Mais les agents espagnols n'ont montré que peu d'intérêt pour son cas, informe le «Tages-Anzeiger».

Programme de piratage

Heureusement que Martin Egli avait prévu le coup bien avant de s'être fait voler. Après avoir acheté les deux ordinateurs, le Zurichois y avait installé un programme de piratage, permettant de localiser et de télécommander les appareils volés lorsque ceux-ci sont connectés à internet. Il a ainsi trouvé un de ses ordinateurs via une adresse IP à Bilbao. «Grâce au logiciel j'ai pu accéder à mon ordinateur et discrètement activer la webcam. Cela lui a permis de filmer les utilisateurs et de les prendre en photo», explique-t-il.

Compte à rebours

Le Zurichois a ensuite publié les images pixelisées des deux prétendus voleurs sur son blog et leur a donné un ultimatum: «Le compte à rebours est enclenché! Si vous ne vous manifestez pas, vos têtes se retrouveront sur Youtube

Toujours aucune nouvelle

Pour l'instant, aucune nouvelle des deux voleurs. Mais Martin Egli sait que les suspects connaissent son intention, car ils ont visité son blog et ça avec son ordinateur. Le Zurichois a néanmoins réussi à faire réagir la police espagnole qui s'est finalement chargée de l'affaire. De plus, la police cantonale zurichoise coordonne les investigations. «Il devrait être facile maintenant de repérer les deux voleurs. C'est pour cela que j'ai prolongé le compte à rebours jusqu'à samedi, afin de laisser un peu plus de temps aux autorités espagnoles pour récupérer les ordinateurs portables», raconte-t-il.

Tentative de contrainte

Selon Christian Schwarzenegger, professeur en droit pénal, Martin Egli n'a rien fait d'illégal: «Aucune loi suisse exige une justification particulière pour ce type de vengeance personnelle.» Mais, selon Christian Schwarzenegger, c'est le fait de mettre quelqu'un au pilori qui est condamnable. «Martin Egli exerce de la pression sur les deux présumés voleurs. Il les incite ainsi à faire quelque chose qu'ils n'auraient pas fait sans son intervention: c'est une tentative de contrainte.» Le fait de filmer et de mettre sous écoute les voleurs représente également une violation de la loi. «Même les délinquants sont protégés contre ce genre d'intrusion dans la vie intime. Seul le ministère public peut prendre une telle décision et seulement s'il n'existe aucune autre alternative», explique-t-il.

Cas similaire aux USA

Un cas similaire s'était déroulé aux USA en printemps dernier. Joshua Kaufman avait publié les images de l'homme qui avait volé son ordinateur portable sur internet. Cela avait suscité un violent débat sur la proportionnalité de la mise au pilori. Venait s'ajouter que le prétendu voleur n'était qu'en fait l'acheteur de l'appareil volé.

Marin Egli connaît ces aspects: «Je ne veux pas pourrir la vie de ces gens. Mais si la situation n'évolue pas, je continuerai à utiliser cette méthode pour récupérer ce qui m'appartient.»

Ton opinion