Interdiction des minarets: Un vote en France aurait donné le même résultat, selon Micheline Calmy-Rey
Actualisé

Interdiction des minaretsUn vote en France aurait donné le même résultat, selon Micheline Calmy-Rey

Un référendum sur l'interdiction des minarets, s'il était organisé en France, donnerait le même résultat qu'en Suisse, a estinmé vendredi la conseillère fédérale Micheline Calmy- Rey.

Car ce vote «reflète des peurs et des craintes qui sont aussi présentes dans d'autres pays», a-t-elle ajouté.

«La Suisse n'est pas un pays de révolutions. Les gens s'expriment, et n'ont pas peur de dire des choses. Je suis assez sûre que si ce vote avait eu lieu ailleurs, en France par exemple, il aurait donné le même résultat», a déclaré la cheffe de la diplomatie helvétique dans un entretien au journal «Le Monde» daté de samedi.

«Cette affaire surgit dans un pays qui ne connaît pas de problèmes d'extrémisme musulman», a-t-elle estimé. «Le gouvernement et les partis politiques ont été surpris du résultat. Reste que les Suisses ne vivent pas seulement entre eux. Ils habitent au coeur de l'Europe. Leurs craintes sont les mêmes que celles qui s'expriment dans les pays voisins».

Le référendum lancé par l'UDC visant à interdire la construction de minarets a été accepté dimanche par 57,5% des votants.

La cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) estime que ce vote, qui a suscité un émoi international, s'explique par «plusieurs composantes», dont certaines sont cependant spécifiquement suisses.

Elle cite à ce sujet «la retenue de deux Suisses en Libye depuis seize mois, les pressions internationales contre le secret bancaire, la crise économique, la peur de perdre son travail, la peur de l'extrémisme islamiste, l'amalgame entre islam et atteinte aux droits de la femme, etc».

(ats)

Ton opinion