Vaud: Une action écolo agite plus le PLR que les croix nazies
Publié

VaudUne action écolo agite plus le PLR que les croix nazies

Le parti porte plainte contre des vandales à la fibre verte qui ont dénaturé des affiches de son candidat aux élections fédérales. Une première pour une formation qui est pourtant habituée à bien pire.

par
Francesco Brienza
L'autocollant sauvage (en noir) désigne le candidat PLR comme un mauvais élève en matière de politique écologique.

L'autocollant sauvage (en noir) désigne le candidat PLR comme un mauvais élève en matière de politique écologique.

PLR Vaud

Face aux croix gammées et moustaches d'Hitler parfois dessinées sur les affiches de certains candidats, les autocollants estampillés Ecorating de l'Alliance-Environnement passent presque pour du vandalisme «gentillet». C'est pourtant celui-ci que le PLR vaudois a décidé d'attaquer en justice, a-t-il fait savoir mardi. Une première, dit-il. «Nous sommes fatigués de voir les portraits de nos candidats défigurés, indique sa secrétaire générale Laurine Jobin. Ici, c'est le caractère organisé, prémédité et systématique qui est le plus dérangeant.» Et en plus, c'est signé. Raison de plus pour mettre un holà à une pratique jugée antidémocratique.

En clair, les dommages dénoncés sont des autocollants noirs qui notent la prétendue sensibilité environnementale des candidats en fonction de leurs votes à Berne. En l'occurrence, ici, celle du conseiller aux États Olivier Français. Les auteurs du classement sont des organismes estampillés écolo. Selon le PLR, leur message ne repose sur aucune étude ou expertise objective.

Auteurs du classement «pas au courant»

A l'échelle du canton, les partis de droite n'ont jamais combattu par plainte le vandalisme électoral, sauf en cas de flagrant délit. A titre individuel, certains candidats grimés ont toutefois pu le faire ici ou là. «On ne se fait pas d'illusion, précise Kevin Grangier, président de l'UDC vaudoise. Cela fait vingt ans que je vois des insultes sur nos affiches et nous renonçons à poursuivre les auteurs, faute de pouvoir les confondre.» Dans le cas de l'Ecorating, le démocrate du centre juge la démarche du PLR pertinente. «Ce sera intéressant de voir comment la justice analysera ce cas.»

Contacté, le directeur de l'Alliance-Environnement, un groupement composé de sept organismes écolos, déclare ne pas être au courant que des autocollants ont été collés à la sauvette sur des affiches officielles dans le canton de Vaud.

Ton opinion