Belgique: Une ado décède à cause d'un tampon hygiénique
Actualisé

BelgiqueUne ado décède à cause d'un tampon hygiénique

Une jeune de 17 ans a perdu la vie jeudi dernier à la suite d'un choc toxique provoqué par un tampon hygiénique. Dévastée, sa famille appelle à la vigilance.

par
sl/20 minutes

«Notre Maëlle, 17 ans, grande sportive, pleine de vie et de projets, vient de nous quitter en moins de 48 heures», en raison d'un choc toxique dû à ses tampons hygiéniques. «Elle avait pourtant été vue 5 heures après les premiers symptômes par un médecin de garde. C'est inacceptable», s'est insurgée sur les réseaux sociaux Laurence, la mère de l'adolescente de Somzée (B), décédée jeudi après deux jours de souffrances.

Lundi dernier, Maëlle est rentrée chez elle après une séance de sport. Dans la soirée, elle a été soudainement prise de vomissements, de diarrhées et de fièvre. Elle a été rapidement prise en charge par un médecin de garde qui lui a diagnostiqué une grippe intestinale.

«On n'a rien pu faire»

«Mardi, la journée s'est passée avec de la température qui ne diminuait pas. Pour finalement se terminer dans la nuit du mardi au mercredi où elle a tenté de se lever mais n'y parvenait pas pour cause de vertiges. J'ai pris sa tension et elle était à 5-3 (...) On a contacté l'ambulance», a raconté Laurence à RTL Info. Le même diagnostic a été posé: grippe intestinale. Maëlle a ensuite été admise à l'hôpital pour une «déshydratation sévère».

«Après 5 heures de traitement pour tous types de pathologies, elle a été finalement transférée (...) aux soins intensifs. Là, ils ont tout de suite pu constater que ce n'était pas une grippe, mais un choc toxique dû au tampon. Elle a été prise en charge d'une façon excellente mais malheureusement on n'a rien pu faire. Un jour après, Maëlle décédait», poursuit la maman de la jeune femme.

Maëlle était informée des risques

Dévastée, Laurence a réclamé davantage de vigilance de la part du corps médical face à une telle possibilité: «J'aimerais juste que les médecins puissent peut-être poser la question: «Est-ce que vous portez un tampon?» quand on a des symptômes de grippe intestinale. Mon but, c'est d'informer les jeunes filles et les dames sur la toxicité de ces tampons.» Elle assure que sa fille «connaissait le problème».

Le syndrome du choc toxique (SCT) lié aux tampons hygiéniques est provoqué par la présence d'une bactérie, le staphylocoque doré, et à la stagnation du sang dans le vagin, ce qui peut créer un environnement favorable à la prolifération de cette bactérie.

Elle n'est pas dangereuse en soi, mais peut le devenir si plusieurs facteurs sont réunis. Les toxines libérées peuvent alors proliférer et attaquer d'autres organes comme le foie, les reins ou le cœur, entraînant un état de faiblesse extrême, voire la mort.

Ton opinion