Nigeria: Une ado se fait exploser dans une mosquée
Actualisé

NigeriaUne ado se fait exploser dans une mosquée

Une jeune fille d'environ 15 ans a tué douze fidèles, vendredi dans le nord-est du Nigeria. Au moins sept autres personnes ont été blessées.

Une adolescente s'est fait exploser dans une mosquée de Malari, un village du nord-est du Nigeria, tuant 12 fidèles, ont rapporté vendredi à l'AFP un milicien qui combat Boko Haram auprès de l'armée et un témoin. Jeudi peu après 14h00 (13H00 GMT), «une kamikaze a lancé une attaque sur la mosquée de Malari, un village proche de Konduga à 35 km de Maiduguri, où elle a tué 12 fidèles et elle en a blessé sept autres», a rapporté Danlami Ajaokuta, le chef d'une milice locale. «La kamikaze était une jeune fille d'environ 15 ans, elle avait été repérée par les fidèles qui se préparaient pour la prière de l'après-midi», a-t-il ajouté.

Gajimi Mala, un habitant qui a aidé à transporter les victimes, a confirmé ce bilan et l'âge approximatif de la jeune fille. «On ne la connaissait pas dans le village, et quand elle a été repérée près de la mosquée (...) on lui a demandé de partir», a expliqué M. Mala.

La jeune fille «a alors quitté la mosquée, et tout le monde pensait qu'elle était partie (...) mais au moment où les fidèles étaient en train de prier dans la mosquée, elle a couru très vite à l'intérieur de la mosquée et elle s'est fait exploser», a-t-il poursuivi.

Trois attaques meurtrières la veille

L'attentat n'a pas été revendiqué pour l'instant mais correspond au modus operandi du groupe islamiste Boko Haram, qui a déjà utilisé de nombreuses fois des jeunes filles comme bombes humaines. L'Etat de Borno, où se trouve le village de Malari, est l'épicentre de l'insurrection des islamistes.

Ce nouvel attentat-suicide, en plein mois de ramadan, est survenu au lendemain de trois attaques très meurtrières, qui ont fait au moins 145 morts dans le nord-est du Nigeria, le pire carnage commis par Boko Haram depuis l'arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari, le 29 mai.

(afp)

Onze hommes abattus par des islamistes dans un village du Nord-Est

Des islamistes armés ont exécuté vendredi 11 hommes sélectionnés au porte-à-porte dans un village du nord-est du Nigeria, parce qu'ils «avaient refusé de rejoindre leurs rangs», ont déclaré à l'AFP deux habitants.

Vendredi vers 01H30 (00H30 GMT), «les combattants de Boko Haram ont tué 11 personnes dans notre village» de Miringa, dans l'Etat de Borno, qui «avaient fui le village de Gwargware, dans l'Etat (voisin) de Yobe, pour se réfugier dans notre village après que Boko Haram ait tenté de les forcer à rejoindre leurs rangs», a déclaré à l'AFP Isa Mshelia, un habitant. Un autre habitant, Baballe Mohammed, a confirmé ce récit.

Ton opinion